•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisse-moi te présenter

Avec Elise Guilbault et Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques

Le samedi de 19 h à 20 h

Le corps vu par la danseuse Louise Lecavalier

La danseuse Louise Lecavalier est captive pendant une entrevue accordée à ICI Première.

Louise Lecavalier repousse les limites du corps humain depuis de nombreuses années grâce à la danse.

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

« J'aime le corps spontané, le corps qui n'est pas calculé. J'aime aussi le corps travaillé du danseur, peut-être par déformation professionnelle, mais j'aime voir les gens ordinaires danser », affirme la danseuse et chorégraphe Louise Lecavalier. Celle qui fait partie des plus grandes danseuses contemporaines canadiennes explique à Philippe-Audrey Larrue St-Jacques et Élise Guilbault sa relation au corps, qu'il s'agisse du sien ou de celui des autres.

Selon Louise Lecavalier, une certaine fainéantise inexorable guette le corps de chaque être humain. Voilà pourquoi il est important de l’entretenir et de lui faire attention.

Je pense que le corps, en général, a tendance à être paresseux. Peut-être que non quand on est très, très jeune, [...] mais après, au fil des années, on devient de plus en plus paresseux. [...] La paresse s'installe vite. Il faut être complètement vigilant. Moi, je l'ai été en tout cas.

Louise Lecavalier, danseuse et chorégraphe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi