Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du samedi 17 février 2018

L’école de demain : un apprentissage sur mesure

Publié le

Patrick Charland, professeur au département de didactique de l’Université du Québec à Montréal et chercheur en neuroscience de l’éducation
Patrick Charland, professeur au département de didactique de l’Université du Québec à Montréal et chercheur en neuroscience de l’éducation   Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

S'appuyant sur la collecte de données neurophysiologiques qui indiqueraient son rythme d'apprentissage et son niveau de compréhension de la matière, l'étudiant du futur pourrait être accompagné par une intelligence artificielle lui offrant une éducation sur mesure et personnalisée. Science-fiction? Pas vraiment, dit Patrick Charland, chercheur en neuroscience de l'éducation à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Plutôt que de se fier uniquement aux réponses des étudiants lorsqu'on les questionne sur leur comportement en situation d'apprentissage, des robots peuvent maintenant mesurer les rythmes d'apprentissage en observant les états cognitifs de l'apprenant. C'est l'un des objets d'étude de Patrick Charland, passionné de l'observation du cerveau en état bouillonnant d'apprentissage. Même si nos écoles et universités n'en sont pas encore là, on peut imaginer un système scolaire qui aurait mis au point des formes d’apprentissage sur mesure destinées à chaque étudiant, en fonction de ses capacités, de son niveau et de son rythme d’apprentissage réel.

Concrètement, les systèmes éducatifs s’adapteraient et proposeraient à l'étudiant de [trouver des solutions aux] problèmes de son niveau. Ils se moduleraient en fonction de la progression personnelle de l'élève. Dans notre jargon universitaire, on les appelle des systèmes autoadaptatifs. Ils pourraient soutenir l'apprentissage des étudiants en difficulté, mais l'individualisation de l'apprentissage servirait aussi à ceux qui apprennent plus vite.

Patrick Charland, professeur au Département de didactique de l’UQAM et chercheur en neuroscience de l’éducation

Des applications pratiques peuvent également être envisagées : le système pourrait par exemple identifier les habitudes des étudiants et leur rappeler de faire leurs lectures à temps. « Le suivi de chaque étudiant serait ainsi mieux accompli », soutient Patrick Charland.

Chargement en cours