Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du samedi 28 octobre 2017

Le creepypasta, entre légende urbaine et phénomène social

Publié le

Frédéric Maheux dans le studio de l'émission La sphère.
Frédéric Maheux s'intéresse beaucoup aux « creepypasta », des légendes urbaines nées sur Internet et qui portent le plus souvent sur des histoires d'horreur.   Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

Internet est le lieu qui voit naître de plus en plus d'histoires étonnantes, allant des tranches de vie difficilement vérifiables aux théories du complot farfelues en passant par des histoires à faire se dresser les cheveux sur la tête. Frédérick Maheux s'intéresse à ce dernier type d'histoires – que les initiés nomment creepypastas, et qui trouvent parfois écho hors des coins sombres d'Internet, comme il l'a expliqué à Matthieu Dugal.

Le mot creepypasta tire son origine de copypasta, un terme né sur le forum de discussion 4chan, en 2006.

« Un copypasta, c’était un bout de texte qui était facile à copier-coller et qui était utilisé un peu comme des chaînes de courriels, mais avec une tournure humoristique, explique Frédérick Maheux. Il existait une variante d’horreur qu’on a appelée le creepypasta. Aujourd’hui, c’est devenu un terme fourre-tout pour décrire des légendes urbaines du web, mais, à la base, ça décrivait des récits d’horreur qui se modifiaient au fil de leur transmission, à la manière du téléphone arabe. »

Le creepypasta le plus célèbre est sans doute celui qui porte sur Slender Man, un personnage humanoïde très grand, mince, sans visage et portant un complet. Cet être horrifiant a été créé en 2009 par un certain Eric Knudsen, qui écrivait sur le forum Something Awful sous le pseudonyme Victor Surge.

« Il y avait un concours sur Something Awful qui visait à ajouter un personnage dans de vieilles photos pour en faire des photos d’horreur, racontre M. Maheux. Eric Knudsen a créé des photos avec Slender Man et il a ajouté des légendes disant où les photos avaient été prises, et les photos ont ensuite circulé sur différents forums. Les gens ont nourri cette légende en rajoutant des informations, en attribuant des pouvoirs à cette créature. »

L’histoire de Slender Man aurait bien pu naître et mourir dans des coins relativement obscurs d’Internet, mais elle a au contraire connu une deuxième vie grâce à YouTube.

« C’est né de modifications de photos; c’est ensuite devenu quelque chose de textuel, puis c’est devenu transmédiatique, indique Frédérick Maheux. Les gens se le sont approprié pour créer d’autres contenus. Il y a eu plusieurs jeux vidéo, mais on attribue surtout sa popularité à une série sur YouTube qui s’appelait Marble Hornets, diffusée entre 2009 et 2014 et comptant 97 épisodes. Ils ont créé tout un phénomène qui comprenait des tweets et des discussions sur des forums. »

Tout cet enthousiasme autour du creepypasta sur Slender Man n’a toutefois pas eu que du bon. Le 31 mai 2014, deux filles de 12 ans en ont attiré une troisième dans un boisé de Waukesha, au Wisconsin, où elles l’ont poignardée 19 fois dans le but d’attirer l’attention de Slender Man. La victime – qui a été retrouvée sur le bord d’une route par un cycliste – s’en est tirée de peu, et ses assaillantes ont été condamnées à passer trois ans dans un hôpital psychiatrique pour soigner des troubles mentaux.

Chargement en cours