Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

les quatre animateurs de l'émission La soirée est encore jeune
Audio fil du dimanche 6 mai 2018

Sugar Sammy : les Québécois, plus sensibles que les Français

Publié le

Sugar Sammy au micro de Catherine Perrin
Sugar Sammy   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

L'humoriste québécois Sugar Sammy a pris une pause de ses activités professionnelles outre-Atlantique pour revenir à la maison et « payer ses impôts », mais il réfléchit déjà à ses projets, dont un spectacle qu'il devrait présenter au Québec en 2020. De passage à La soirée est encore jeune, dimanche, il a parlé des différences entre ces deux publics francophones.

Reconnu pour son style irrévérencieux, l’humoriste dit adopter le même ton « baveux » pour les spectateurs français. « C’est [même] encore pire », a-t-il affirmé.

« Ma ligne d’introduction, quand j’entre sur la scène, c’est : "J’adore la France, vous êtes mon pays arabe préféré". »

Il dit avoir étudié de près la société de ce pays qui l’accueille pour lui servir une critique « honnête et sévère » en spectacle.

Quand je suis arrivé, j’ai vraiment fait un travail d’observation. […] C’est un travail sociologique et anthropologique qu’il faut faire.

Sugar Sammy

La sensibilité du public québécois

Malgré son succès dans l’Hexagone et ses plans à long terme là-bas, il affirme que le Québec demeure sa maison.

Il explique aux garçons de La soirée qu’à son avis, les Français sont plus réceptifs à la critique par l'humour que ses compatriotes.

« [En France], quelqu’un qui vient, qui les critique, c’est quand même nouveau, mais ils aiment ça. On dirait que c’est très différent du Québec. C’est qu’[ici], il y a quand même une sensibilité. »

Sugar Sammy prépare un spectacle pour le public de la Belle Province en 2020. Ce sera un véritable « règlement de comptes » avec les Québécois, affirme-t-il, dans son habituel esprit de provocation.

Chargement en cours