Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Nicolas Ouellet
Audio fil du vendredi 30 mars 2018

Le conflit interne de Montréal-Nord : regarder vers l'avenir sans oublier le passé

Publié le

Des fleurs de couleurs sortent d'un pistolet.
Montréal-Nord est tiraillée entre l'importance de commémorer les moments les plus sombres de son histoire, tout en mettant aussi l'accent sur le positif.   Photo : iStock / Montage : Amarilys Proulx

De nombreux citoyens de Montréal-Nord souhaiteraient une couverture médiatique qui montre les beaux côtés de Montréal-Nord, comme sa jeunesse dynamique, ses programmes communautaires et sa diversité, plutôt que de continuellement parler de profilage racial et de gangstérisme. Mais ils luttent aussi pour que les bavures policières du passé, par exemple la mort de Fredy Villanueva sous les balles d'un policier, ne soient pas oubliées.

Jean-Philippe Baril-Guérard en a rencontré quelques-uns, à la Maison des jeunes l’Ouverture, puis la Maison de la culture de Montréal-Nord, où était présentée la pièce de théâtre Fredy.
« Les jeunes ne vivent pas que du négatif. Il y a tellement d’éléments positifs qui se passent. Montréal-Nord est en train de se transformer […], et ça, on ne le voit jamais », dit notamment Bochra Manaï, de la Table de concertation jeunesse de Montréal-Nord.

Evans Charlot et Catherine Souliman, à la Maison des jeunes l'Ouverture.
Evans Charlot et Catherine Souliman expliquent à Jean-Philippe Baril Guérard la vision qu'ils ont de Montréal-Nord. Photo : Radio-Canada/Jean-Philippe Baril Guérard


De leur côté, Evans Charlot et Catherine Souliman, deux jeunes avec qui Jean-Philippe a assisté à la pièce, racontent à quel point ils aiment leur quartier, mais soulignent du même souffle qu’ils n’y élèveraient pas leurs enfants. « Je veux découvrir de nouveaux horizons, connaître de nouvelles choses », dit l’un d’entre eux.

Chargement en cours