Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Nicolas Ouellet
Audio fil du vendredi 20 octobre 2017

Restauration rapide : le coût de l’innovation souvent assumé par les livreurs à vélo

Publié le

Des livreurs à vélo pendant l'heure de pointe.
S'ils ne cotisent pas à un régime d'assurance invalidité, les messagers à vélo ne sont pas protégés dans le cas d'accidents.   Photo : iStock

De plus en plus de repas se rendent par vélo, plutôt qu'en auto, à la porte du consommateur affamé, un phénomène dopé par l'explosion de la popularité des services de livraison en ligne, comme Foodora et UberEATS. Armé de sa bicyclette, Jean-Philippe Baril-Guérard a suivi le livreur Eduardo Leon, qui considère que son emploi lui permet à la fois d'avoir des horaires flexibles et de découvrir Montréal.

Ce marché en mutation offre en effet des possibilités d'emploi à quiconque se cherche un travail d’appoint : après quelques clics et l’achat d’une bicyclette, on peut exercer le métier de livreur à vélo dans n’importe quelle grande ville canadienne.

Un métier dangereux
Cependant, les livreurs de nourriture à vélo sont, comme beaucoup de messagers, des travailleurs autonomes. Ce statut d’emploi signifie qu’ils n’ont pas droit aux avantages sociaux normalement alloués aux travailleurs, comme l’indemnité de congé et la protection en cas d’accident de travail. Une situation inquiétante, avance Jean-Philippe Baril Guérard, puisqu’il est « beaucoup plus dangereux de livrer du poulet à deux roues qu’à quatre ».

Ubérisation de la restauration
Les entreprises comme UberEATS et Foodora servent d’intermédiaires entre les restaurants et les consommateurs. Elles promettent de faciliter la vie des restaurateurs en s'occupant à leur place de la gestion de la livraison, et elles permettent aux consommateurs d’avoir accès à une plus grande offre alimentaire. Par exemple, il est maintenant possible de se faire livrer des hamburgers de McDonald’s, depuis une alliance entre Uber et le géant aux arches dorées.

Chargement en cours