Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Nicolas Ouellet
Audio fil du samedi 8 avril 2017

Comment le BDSM peut être féministe

Publié le

Sammy «PrometheusV» et Orannis, en séance de shibari chez Tension.
Sammy «PrometheusV» et Orannis, en séance de shibari chez Tension.   Photo : Caro

Une femme peut se définir comme féministe et aimer être dominée dans sa sexualité, explique Laïma Abouraja-Gérald. Les pratiques BDSM (soit de bondage, de discipline, de domination-soumission et de sado-masochisme), qui sont caractérisées par l'échange de pouvoir et l'érotisation de la douleur, peuvent être une forme de sexpowerment pour les femmes – en autant qu'elles respectent les principes de consentement, de communication et de confiance.

 

Chargement en cours