Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Nicolas Ouellet

Audio fil du samedi 8 avril 2017

  • Sammy «PrometheusV» et Orannis, en séance de shibari chez Tension.

    Comment le BDSM peut être féministe

    Une femme peut se définir comme féministe et aimer être dominée dans sa sexualité, explique Laïma Abouraja-Gérald. Les pratiques BDSM (soit de bondage, de discipline, de domination-soumission et de sado-masochisme), qui sont caractérisées par l'échange de pouvoir et l'érotisation de la douleur, peuvent être une forme de sexpowerment pour les femmes – en autant qu'elles respectent les principes de consentement, de communication et de confiance. Voir la suite »

  • Dessin original de Noa Skate (www.noaskate.com)

    Le déclin : une fiction radiophonique sur la résistance et l'espoir

    Le déclin, c'est l'histoire de la résistance qui s'organise au quotidien face à des orientations politiques qui tendent à négliger les conséquences réelles sur la vie des citoyens. C'est aussi l'histoire d'un monde que nous avons en commun, qui subit la méprise des autorités et des nantis. Heureusement, confrontés aux décisions qui mettent à mal le modèle social québécois, des gens s'organisent et font figure d'opposition. Ainsi, attentif aux batailles citoyennes qui sont menées, on peut entendre : le déclin n'aura pas lieu. Philippe, le personnage qui nous parle, est de ceux qui résistent au nom de demain; une résistance qui s'accompagne d'une certaine peur. Le déclin est une fiction radiophonique de Marie-Laurence Rancourt. Voir la suite »

  • Les participants à la 67e législature du Parlement jeunesse du Québec lancent leurs papiers en l'air, comme le veut la tradition du parlement de Westminster, pour la clore la session.

    Le Parlement jeunesse : apprendre la politique sans la partisanerie

    La jeunesse n'est pas si désillusionnée qu'on l'affirme devant la politique parlementaire. Chaque année, une centaine de jeunes passent les vacances des Fêtes à l'Assemblée nationale pour une simulation parlementaire. Contrairement aux politiciens professionnels, les jeunes débattent hors de toute ligne partisane. Patrick Masbourian en discute avec Eugénie Lépine-Blondeau, 27 ans, Colin Champagne, 23 ans, et Chloé Freynet-Gagné, 22 ans – tous trois activement engagés dans les Parlements jeunesse de leur région. Voir la suite »

Chargement en cours