Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Boucar Diouf
Audio fil du samedi 28 juillet 2018

Est-ce facile d’élever des animaux sans antibiotiques?

Publié le

Trois jeunes cochons sont dans un champ.
De jeunes cochons sur une ferme   Photo : iStock / balwan

Plus d'espace pour les animaux, l'absence de confinement dans des cages, le fait qu'ils aillent à l'extérieur et une plus grande biodiversité : plusieurs facteurs permettent aux producteurs biologiques de ne pas utiliser des antibiotiques pour l'élevage, selon Marie-Philippe Saint-Vincent, copropriétaire des boucheries et ferme biologiques Saint-Vincent.

La jeune femme précise que, lorsque les animaux naissent à la ferme et y sont élevés, cela limite les contacts avec des animaux de l’extérieur, donc les risques de transmission de maladies sont réduits. Les cheptels des fermes biologiques sont plus petits, ce qui permet une meilleure observation des animaux.

Le principe des fermes biologiques, c’est d’être à dimension humaine. On peut observer, regarder et intervenir rapidement. Souvent, on n’a pas besoin d’appeler le vétérinaire et d’utiliser des médicaments

Marie-Philippe Saint-Vincent

Elle rappelle qu’il est aussi plus facile d’être organisé, car la production biologique est sévèrement encadrée par de nombreuses règles mises en place par les organismes certificateurs.

Une surutilisation des antibiotiques?

La Seconde Guerre mondiale a stimulé le développement des antibiotiques, dont la production a connu une forte croissance après la fin de la guerre. « Au début, les premières doses de pénicilline qu’on développait n’allaient qu’aux officiers, pas aux soldats », souligne un autre invité de l'émission, Richard Marchand, microbiologiste et infectiologue à l’Institut de cardiologie de Montréal.

C’est dans les années 1960 qu’on a commencé à utiliser les antibiotiques pour les animaux, avec comme objectif d’éviter que les bêtes utilisent leur énergie pour combattre des maladies.

Chargement en cours