Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Boucar Diouf
Audio fil du samedi 9 juin 2018

Janette Bertrand : pour un cerveau en santé, il faut le faire travailler

Publié le

Photo des deux personnalités sur fond bleu.
L'auteure Janette Bertrand en compagnie de Boucar Diouf.   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

À 93 ans, Janette Bertrand s'apprête à publier un 13e livre. L'auteure et comédienne se fait un devoir de constamment stimuler son cerveau pour qu'il demeure vif, même si elle dit craindre la maladie d'Alzheimer et le déclin de ses capacités cognitives avec l'âge. Elle explique à Boucar Diouf à quel point l'activité intellectuelle est importante dans sa vie.

L'auteure québécoise est convaincue que si l'on n’utilise pas son cerveau, il rouille. « Pour vieillir vraiment de bonne humeur et avec un amour de la vie, il faut que tes neurones travaillent tout le temps, affirme-t-elle. J’ai enseigné pendant 20 ans et j’y allais pour mes neurones. »

Janette Bertrand croit qu’il est primordial, surtout lorsque l'on prend sa retraite, de toujours maintenir son esprit en éveil.

Il y a des gens qui ont travaillé très fort, parfois dans des emplois ennuyants, et qui rêvent de se reposer. Je les comprends, mais il faut qu’ils se reposent tout en faisant quelque chose.

Janette Bertrand

Malgré ses meilleurs efforts, Janette Bertrand se désole de vivre avec des « trous noirs » de mémoire qu’elle ne connaissait pas avant.

Persévérer pour s’éduquer

Née à une époque où les jeunes filles étaient destinées à devenir de bonnes ménagères plutôt que d’exceller dans leurs études, Janette Bertrand raconte que son père était réticent à la voir accéder à l'université. Lorsqu’elle lui a demandé d'entreprendre des études supérieures, il lui aurait dit cette phrase : « Pour changer les couches, petite fille, tu n’as pas besoin de ça! »

« J’adore mon père, c’était un homme extraordinaire, mais il était de son temps », explique-t-elle.

Freinée par la dyslexie, un trouble d’apprentissage dont elle ne connaissait pas l’existence, c’est seulement à l’université, grâce à des « professeurs extraordinaires », qu’elle dit enfin s’être « sentie intelligente ». « Je comprenais, je comprenais tout, puis je suis devenue bonne », ajoute-t-elle.

L’auteure, animatrice et journaliste fera paraître en septembre prochain un essai sur la sexualité intitulé Vous croyez tout savoir sur le sexe?, sur lequel elle a travaillé avec le sociologue Michel Dorais.

Chargement en cours