•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nature selon Boucar

Avec Boucar Diouf

Le samedi de 11 h à midi
(en rediffusion le dimanche à 16 h)

Le goéland, mal-aimé, mais riche en informations

13 mai 2017 - Le goéland
Jonathan Verreault est professeur au département des Sciences biologiques à l'UQAM.

Jonathan Verreault est professeur au département des Sciences biologiques à l'UQAM.

Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

« Cet oiseau absolument non charismatique, considéré comme une nuisance dans les villes, fournit des informations extraordinaires sur les sources et les effets des contaminants dans l'environnement », souligne le professeur en science biologique Jonathan Verreault. Il parle entre autres des différentes espèces et de leur caractère fidèle, à tel point que certains goélands vont jusqu'à s'arrêter au même restaurant McDonald's chaque année lors de la migration.

Un oiseau fidèle et monogame
En plus d'être fidèle à ses sites d’alimentation, la plupart du temps, le goéland va garder le même partenaire, le même site de nidation et retourner au même endroit pour se reproduire, explique le spécialiste.

Le mâle couve davantage les œufs que la femelle
Ce sont des raisons purement physiologiques qui expliquent cette incubation biparentale. La femelle, qui a dépensé beaucoup d’énergie à pondre ses œufs, doit manger plus. Pendant qu’elle est à l’extérieur du nid à la recherche de nourriture, le mâle couve les œufs.

Une capacité d’adaptation fantastique
Le goéland se nourrit d'aliments qu’il trouve dans son milieu. Si une nourriture n’est plus abondante, il se nourrit d’autre chose. Selon Jonathan Verreault, c’est cette caractéristique qui est responsable de la prolifération de l’oiseau.

Les différentes espèces
Dans la région de Montréal, on retrouve principalement trois espèces de goélands, soit le goéland à bec cerclé, le goéland marin et le goéland argenté, explique Jonathan Verreault. Le goéland à bec cerclé, caractérisé par un petit anneau noir sur le bec, est le plus répandu en Amérique du Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi