Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Boucar Diouf
Audio fil du samedi 17 août 2019

Le criquet migrateur : quand l’effet de groupe mène à la survie

Publié le

Un essaim de criquets vole au-dessus d'un champ.
Un essaim de criquets envahit un champ à Madagascar en 2014.   Photo : Getty Images / RIJASOLO

Depuis leur apparition, il y a de 350 000 à 400 000 millions d'années, les insectes tournoient autour des êtres vivants. Ceux de la classe des orthoptères, qui comprennent les criquets, les grillons et les sauterelles, préfèrent sauter et ont développé des ailes pliantes. « Ça leur donnait une facilité de se déplacer dans les migrations; ça leur permet d'avoir un vol très soutenu, combiné avec l'effet du vent et de la masse d'air », explique Jean-Pierre Bourassa. Le biologiste et professeur émérite en entomologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières raconte comment les criquets migrateurs s'unissent pour survivre.

De la solitude au grégarisme

Solitaires au début de leur vie, les criquets deviennent grégaires ensuite, lorsque certaines conditions le permettent. Ils vivent alors d’importants changements morphologiques : leur corps devient plus foncé et leur système digestif se modifie pour accepter de la nourriture plus coriace.

Une fois rassemblés en grand nombre et soudés grâce à leur production de phéromones, les criquets entreprennent des migrations impressionnantes en détruisant tout sur leur passage. Ils font tout pour survivre, même si beaucoup d’entre eux meurent au cours de ce long vol.

Ils peuvent s’attaquer à tous les types de végétaux, même les arbres. Ils s’attaquent à tout ce qu’ils peuvent brouter pour s’alimenter. C’est une question de vie pour eux.

Jean-Pierre Bourassa, biologiste

Les criquets migrateurs existent en Amérique, mais leurs déplacements ne sont pas aussi impressionnants que ceux des criquets d’Afrique de l’Ouest.

Gros plan sur un sachet qui contient de la poudre brune.
De la farine de criquet. Photo : Radio-Canada

Même si les déplacements des criquets migrateurs sont difficiles à prévoir, les scientifiques tentent de mettre sur pied des moyens de prévention, de contrôle et de lutte contre ces insectes. Jusqu’à présent, des procédés de luttes biologique et physique sont prometteurs. Aussi, l’humain s’intéresse aux criquets d’un point de vue alimentaire, car ils sont riches en protéines.

Sa reproduction

Mais comment se forment de tels essaims de criquets migrateurs? Par la reproduction, bien sûr. Par contre, le criquet mâle n’a pas d’organe reproducteur; il insère plutôt le bout de son abdomen dans l’ouverture génitale de la femelle et y dépose une enveloppe qui contient les spermatozoïdes. L’enveloppe éclate et les spermatozoïdes fécondent les 2000 à 3000 œufs qu’elle contient. Par la suite, la femelle creuse le sol pour déposer ses œufs. « Vous pouvez voir l’explosion démographique qui surgit après un certain temps », précise Jean-Pierre Bourassa.

Le biologiste offre une lueur d’espoir aux victimes des essaims de criquets, car ces quantités effarantes d’insectes peuvent être contrôlées ou utilisées à notre profit.

Chargement en cours