•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nature selon Boucar

Avec Boucar Diouf

Le samedi de 11 h à midi
(en rediffusion le dimanche à 16 h)

L’agrile du frêne, un magnifique petit insecte qui décime des arbres

Audio fil du samedi 27 juillet 2019
Gros plan d'un insecte sur un arbre.

L’agrile du frêne

Photo : Associated Press / Département des ressources naturelles du Minnesota

Sa voracité est en train d'engendrer une catastrophe écologique, car l'agrile du frêne décime les populations de cet arbre. Quel est cet insecte et comment menace-t-il tant le frêne? Les explications de Narin Srei, chercheuse postdoctorale à l'Institut national de recherche scientifique (INRS) – Institut Armand-Frappier, qui est devenue « amie » avec l'agrile du frêne à force de l'avoir observé.

L’agrile du frêne est un coléoptère qui vient d’Asie (Chine, Corée, Mongolie). Il a été détecté une première fois à Détroit et en Ontario en 2002. Il serait cependant arrivé en Amérique du Nord bien plus tôt, vers 1990, par le transport maritime.

Aujourd’hui, il est présent dans 35 États des États-Unis et dans 5 provinces du Canada, soit au Québec, en Ontario, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

C’est la larve de l’agrile du frêne qui nuit surtout à l’arbre, plus que l’insecte adulte. Elle se développe dans les grosses branches et sous l’écorce de l’arbre en creusant des galeries, ce qui coupe tous les canaux conducteurs qui transportent ses nutriments et sa sève. Quand l’arbre se réveille au printemps, l’agrile adulte émerge du tronc en creusant une ouverture en forme de D majuscule. Il est alors trop tard pour l’arbre, qui dépérit et qui meurt.

Gros plan d'une larve sur un arbre qu'une personne soulève avec un couteau.

La larve de l’agrile du frêne

Photo : Associated Press

L’agrile du frêne commence à s’accoupler une semaine après avoir atteint le stade adulte. La femelle commence à pondre des œufs deux semaines plus tard et les cache sous l’écorce. Elle pond entre 60 et 200 œufs par semaine et vit près de 4 semaines.

Les chercheurs n’ont pas encore développé de méthode efficace pour contrôler l’agrile du frêne. Jusqu’à présent, des pesticides comme le triazine, la lutte biologique et un champignon pathogène, Beauveria bassiana, qui attaque et tue l’agrile, représentent des outils potentiels pour maîtriser sa croissance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi