Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Boucar Diouf
Audio fil du samedi 20 juillet 2019

Le coyote, ce gros chien qui veut vivre en zone urbaine

Publié le

Un coyote sous la neige.
Un coyote.   Photo : Getty Images / Chuck Schug Photography

« C'est un gros chien qui vit en ville » et qui ressemble à un berger allemand, décrit Frédéric Bussière, biologiste au Service des grands parcs de la Ville de Montréal, au sujet du coyote, cet animal de plus en plus présent dans les centres urbains.

Le coyote vient du centre-sud des États-Unis, mais depuis 100 ans, il s’est propagé partout en Amérique. Lors de cette prolifération, l’animal s’est métissé avec le loup et le chien, surtout dans l’est, où il est plus grand et plus massif. D’ailleurs, le coyote a un peu profité des massacres de loups pour se multiplier.

Le coyote est plus adaptable. Il est capable de vivre dans une diversité d’environnements assez impressionnants. Il est capable aussi, sur le plan du comportement, de s’adapter à la présence de l’homme, donc il va être capable de conquérir ces habitats délaissés par le loup.

Frédéric Bussière, biologiste

Lorsqu’il est seul, le coyote chasse des petites proies. Dans certaines régions, il chasse de plus grosses bêtes et doit donc le faire en groupe. Il est aussi un charognard, et ses prédateurs sont le loup et l’humain.

Les coyotes qui s’accouplent restent ensemble quelques années et procréent de 4 à 8 bébés par portée. Ceux-ci atteignent l’âge adulte à 9 mois.

Un danger en ville?

Le coyote n’est pas un animal dangereux pour l’homme. De 1995 à 2010, moins de 3 morsures sur des humains ont été recensées par année au Canada, alors que les chiens sont responsables de 465 000 morsures infligées durant la même période.

Un chien domestique et un coyote s'observent.
Un chien domestique et un coyote s'observent. Photo : iStock

Le coyote fréquente surtout les espaces verts et évite les zones habitées. Afin que l’animal conserve ce comportement, Frédéric Bussière conseille au public de ne pas le nourrir volontairement ou involontairement (en laissant les ordures dehors) et de ne pas nourrir les animaux domestiques à l’extérieur de la maison. Si le coyote devient trop familier, les biologistes lui réapprennent à avoir peur de l’humain, et s’il est trop agressif, il est capturé et retiré de la population.

Bref, le coyote est en milieu urbain pour rester, alors autant s’habituer à sa présence. À cet égard, le Service des grands parcs de la Ville de Montréal donne des ateliers d’information dans les écoles. Les citoyens peuvent également obtenir plus d’informations sur ce canidé ou signaler sa présence au 438 872-COYO (2696).

Chargement en cours