Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Boucar Diouf
Audio fil du samedi 6 juillet 2019

François Reeves, le cardiologue qui prescrit des promenades en forêt

Publié le

De dos, une femme regarde le ciel dans une forêt.
Une femme profite de la nature dans la forêt.   Photo : Getty Images

Mélanger santé et environnement intéresse au plus haut point Boucar Diouf. Justement, c'est ce que fait le Dr François Reeves depuis 12 ans en proposant comme thérapie à certains de ses patients des promenades dans les bois.

Ce cardiologue d’intervention au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval utilise en fait le shinrin yoku, une mesure de santé environnementale qui existe depuis 1983 au Japon.

Le shinrin yoku se situe à la frontière de la philosophie, de la psychologie et de la physiologie. Des mesures physiologiques documentées de patients qui l’ont pratiqué indiquent une baisse de leur pression, de leur fréquence cardiaque et de leur cortisol (hormone du stress). « En fait, la plupart des fonctions de base de l’humain s’amélioraient en forêt par rapport à un milieu urbain minéralisé », explique le Dr François Reeves.

Le cardiologue, Dr François Reeves.
Le cardiologue, Dr François Reeves. Photo : Radio-Canada/Radio-Canada

Le médecin rappelle que les végétaux sont présents sur la terre depuis 1 milliard d’années. Malheureusement, depuis une centaine d’années, l’humain s’est dissocié de ce contact avec la nature, alors que les arbres ont des bienfaits essentiels pour la santé; ils sont de grands filtres à air et ils métabolisent le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote, les particules fines et l’ozone.

Un arbre respire puissamment, mille fois plus que vos poumons.

Le Dr François Reeves

Ainsi, « la forêt est un endroit de ressourcement perpétuel », soutient-il. Elle pourrait contrer la pollution, qui cause 7 millions de décès annuellement. En 2050, près de 75 % de la population mondiale vivra dans des villes, ce qui est déjà le cas de 87 % de la population québécoise. Le Dr François Reeves propose de planter davantage de plantes et d’arbres, soit de 20 à 25 % de plus.

Chargement en cours