•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nature selon Boucar

La nature selon Boucar

Avec Boucar Diouf

Le samedi de 11 h à midi
(en rediffusion le dimanche à 16 h)

Rattrapage du 27 juin 2020 : La blatte et l’opportunisme

Rattrapage

  • La blatte, un insecte incroyablement résistant

    « [La blatte germanique], c'est un insecte incroyable. Elle est partout dans le monde. Ses capacités de reproduction sont absolument fabuleuses. C'est un insecte qui est vraiment bâti pour la survie », dit Harold Leavey, spécialiste en gestion parasitaire. La blatte, aussi appelée « coquerelle », est si résistante qu'elle peut déjouer n'importe quel pesticide. Elle peut même survivre et continuer à fuir les dangers plusieurs semaines après s'est fait couper la tête!

  • L'humain est-il programmé pour être opportuniste?

    « Chaque être vivant, et les humains en font partie, a un genre d'élan de vie où il va utiliser tout ce qu'il peut pour survivre. » Lucie Mandeville, professeure retraitée au Département de psychologie de l'Université de Sherbrooke, explique que l'être humain est programmé pour être opportuniste, c'est-à-dire pour utiliser les ressources dans son environnement pour assurer sa survie.

  • L’être humain, entre altruisme et égoïsme

    Alors que certains croient que l'être humain est à la fois altruiste et égoïste de nature, d'autres pensent que même les gestes altruistes cachent une part d'égoïsme non avouée. Au micro de Boucar Diouf, le philosophe Normand Baillargeon explique que ce débat déchire la communauté scientifique depuis le 19e siècle. Il opposait à l'époque le scientifique Thomas Henry Huxley, qui croyait à la nature profondément égoïste de l'humain, et le géographe Pierre Kropotkine, qui constatait plutôt beaucoup d'altruisme et de coopération au sein de l'espèce.

Vous aimerez aussi