•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi vacciner les 16-24 ans avant les 65 ans et plus?

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Pourquoi vacciner les 16-24 ans avant les 65 ans et plus?

Rattrapage du lundi 22 février 2021
La médecin hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell, le 18 février 2021.

La médecin hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell, le 18 février 2021.

Photo : Radio-Canada

La semaine dernière, la Dre Jennifer Russell a annoncé un nouveau plan de vaccination pour le Nouveau-Brunswick. Ce plan prévoit entre autres que les élèves et étudiants âgés de 16 à 24 ans seront vaccinés avant le groupe des 65 ans et plus.

Le plan de vaccination de la province se décline en quatre phases. La première est en cours et comprend les résidents des foyers de soins, les travailleurs de la santé de première ligne, les Premières Nations et les personnes âgées de 85 ans et plus.

Lors de la deuxième phase prévue en avril, d’autres professionnels de la santé, des gens souffrants de maladies chroniques et des personnes âgées de plus de 70 ans seront vaccinés. En juin, lors de la troisième phase, ce sera au tour, parmi d’autres, aux élèves et étudiants âgés de 16 à 24 ans. Pourquoi ce groupe d'âge sera-t-il plus tôt que les 65 ans et plus qui était pourtant aussi considéré comme étant à risque?

Ce ne sont pas seulement ceux qui sont à risque qu’on voulait inclure dans les différentes tranches d’immunisation. Il y a des gens à risque en raison de leur âge, mais aussi des gens à risque en raison de leur milieu. On sait qu’avec le variant, les gens moins âgés sont plus impliqués dans les éclosions. Pour protéger cette population, on voulait les inclure dans cette tranche, a expliqué la Dre Russell.

Le nombre de cas actifs de COVID-19 est en chute libre au Nouveau-Brunswick depuis le sommet atteint le 25 janvier. La province a déjà administré près de 21 200 doses du vaccin contre la maladie causée par le nouveau coronavirus.

Or, seulement un peu plus de 7500 personnes, dont des travailleurs de la santé de première ligne, ont reçu les deux doses recommandées par les manufacturiers des vaccins actuellement approuvés au Canada.

Pfizer-BioNTech et Moderna recommandent d'administrer la seconde dose de leur vaccin 21 et 28 jours, respectivement, après la première. Or, les gens pourraient maintenant attendre de 42 à 90 jours avant de recevoir leur deuxième inoculation.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Cette décision est prise selon la Dre Russell pour « maximiser » le nombre de personnes qui recevront leur première dose du vaccin qui procure quand même un bon niveau de protection.

Au fur et à mesure qu’on voit comment ça se déroule dans les autres pays avec le variant, c’est clair que pour protéger les plus vulnérables, il faut les faire vacciner le plus vite possible. Avec les personnes plus âgées de la population, on va quand même donner la deuxième dose lors de la première phase, a indiqué la Dre Russell.

Les recherches et les faits nous montrent que c’est très efficace avec la première dose. Avec les variants qui s’en viennent, on veut vraiment protéger le meilleur que possible, a-t-elle ajouté en entrevue à La matinale.

Même si les variants du coronavirus inquiètent la Dre Russell, la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick croit que la province est bien outillée pour faire face à ce qui pourrait se produire au cours des prochains mois.

Avec toutes les recherches, les données et le succès qu’on a ici au Nouveau-Brunswick avec les mesures qu’on a mises en place, je crois que nous sommes dans une bonne place pour continuer à réussir. Cependant, on veut vraiment nous protéger de tous les variants avant qu’on soit capable de vacciner nos plus vulnérables, a conclu la Dre Russell.

La quatrième et dernière phase de vaccination au Nouveau-Brunswick doit commencer en juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi