•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chiens pour réduire le stress au travail des répartieurs au 911

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Des chiens pour réduire le stress au travail des répartieurs au 911

Rattrapage du mardi 1 décembre 2020
Un chien dans un bureau.

Stella, au centre de répartition de Bathurst.

Photo : Faccebook/Force policière de Bathurst

Depuis un mois, les répartiteurs du 911 de Bathurst peuvent amener leur chien au travail, à l'occasion. Il s'agit d'un moyen d'aider à réduire le niveau de stress des employés.

Les répartiteurs du 911 reçoivent régulièrement des appels difficiles en plus de composer avec des situations stressantes, et ce, surtout la nuit

Pour l'instant, cinq chiens accompagnent leur maître au travail : Luna, Halli, Stella, Bella et Akemo.

L’idée mijote depuis des années. Il a été question d’un aquarium avec des poissons et de chiens de service ou de thérapie. Ce n’était pas possible pour la municipalité d’acheter un animal.

Finalement, le feu vert a été donné lorsque la superviseure du centre de répartition du 911 à Bathurst a proposé que les employés de nuit puissent amener leur chien pendant leur quart de travail.

Jusqu’à date, ça va bien, a lancé le chef de la Force policière de Bathurst, Ernie Boudreau.

Le centre de répartition du 911 à Bathurst reçoit jusqu’à 29 000 appels de partout au nord-est de la province chaque année.

C’est un ouvrage qui est stressant. Ça demande aux gens d’être à point 24 heures sur 24. Ç’a bien fonctionné. C’était du positif et dans le dans le temps de la COVID-19, je trouvais que c’était le meilleur temps de lancer cette initiative », a ajouté M. Boudreau.

Un employé à la fois peut amener son animal de compagnie et seulement lors des quarts de nuit. Ils sont normalement de deux à trois répartiteurs.

Je suis vraiment surprise de voir que tout le monde est content avec ça, a souligné Carole Landry-Scott, superviseure du centre de répartition.

L’idée est inspirée de ce qui se fait dans les centres de répartition aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi