•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ne touchez pas aux sapins dans les parcs, rappelle la Ville de Moncton

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Ne touchez pas aux sapins dans les parcs, rappelle la Ville de Moncton

Rattrapage du mardi 24 novembre 2020
Un sentier à l'entrée du parc.

Les parcs municipaux, comme celui d'Irishtown, ci-dessus, ne sont pas des « magasins de décorations de Noël », affirme la Ville de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Les parcs municipaux ne sont pas des endroits appropriés pour couper des branches d'arbres dans le but de fabriquer des décorations de Noël, rappelle la Ville de Moncton à la suite de nouveaux incidents du genre.

Cette pratique interdite semble être plus répandue que d’habitude cette année, indique la directrice des communications de Moncton, Isabelle LeBlanc.

On comprend qu’on est dans une situation unique en ce moment et que les gens tentent leur chance à la décoration. Par contre, ce qu’on demande aux gens de faire, c’est d’acheter des branches de sapin, de petits sapins, chez des entrepreneurs locaux. Vraiment, ce n’est pas dans nos parcs qu’on doit [s'approvisionner] de branches pour décorer la maison, affirme Isabelle LeBlanc.

Selon les autorités municipales, des gens ont notamment coupé des branches de sapin dans le parc naturel d’Irishtown, qui est une aire protégée.

Le parc naturel d’Irishtown [...] est conservé. Il y a un écosystème assez unique au parc. On n’a pas le droit de changer quoi que ce soit dans le parc, déplacer des choses, retirer des choses du parc, ce qui comprend évidemment des arbres, des branches d’arbres, des fleurs ou autres choses, précise Isabelle LeBlanc.

Bien des gens ne le savent peut-être pas, ajoute-t-elle, c’est pourquoi les autorités municipales préfèrent sensibiliser le public avant de prendre des mesures plus sévères.

Si un employé voit quelqu’un ramasser des branches, on va leur parler. Si ça continue, à ce moment-là, les agents des arrêtés municipaux vont être impliqués, vont faire ce qu’ils ont à faire de leur côté, explique Isabelle LeBlanc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi