•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Équité salariale : quelle est la valeur des soins à domicile?

Rattrapage du jeudi 29 octobre 2020
Un fauteuil roulant.

Fauteuil roulant dans un corridor d'une résidence pour personnes âgées.

Photo : Radio-Canada

Quelle est la valeur des soins à domicile? Que vaut le travail de quelqu'un dont la tâche est de prendre soin des autres?

Sylvie Bertrand est une travailleuse de soutien à domicile au sud-est du Nouveau-Brunswick depuis plus de 45 ans. Elle gagne un peu plus de 15 $ l’heure à prendre soin d’aînés et de gens malades.

J’ai juste 15,30 $ et on vient d’avoir une grosse augmentation de 50 cents. Alors, ce n’est près d’être 22 $ l’heure.

Sylvie Bertrand, travailleuse de soutien

Une vingtaine de dollars l’heure pour ce travail, c’est ce que recommande la Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick dans son plus récent rapport.

Six fois par semaine, cette femme qui approche elle-même l’âge de la retraite doit se déplacer à ses frais aux différentes maisons de ses patients.

Je visite en principe trois personnes âgées, handicapées ou malades dans leur maison. Je les lave. Je cuisine pour eux. Je les encourage moralement, a-t-elle expliqué.

Une personne qui travaille dans une chaîne de restauration rapide est parfois mieux rémunérée que ce que Mme Bertrand gagne pour exercer un métier qu’elle pratique depuis une quarantaine d’années et pour lequel il faut suivre des formations.

Recommandations de la coalition :

  1. Que le gouvernement provincial développe et mette en œuvre un plan de cinq ans pour atteindre l’équité salariale dans l’ensemble du secteur des soins communautaires,
  2. Que le gouvernement prévoit d’assurer le maintien de l’équité salariale dans le secteur des soins communautaires à tous les cinq ans ; et
  3. Que le gouvernement adopte une loi sur l’équité salariale pour l’ensemble du secteur privé.

Pour joindre les deux bouts, elle doit louer deux de ses chambres dans sa maison à des étudiantes. Pourquoi continuer alors?

C’est ma passion. C’est ma mission. C’est ma vocation. Ces gens ont des besoins et je crois que c’est important de le faire, dit-elle.

Elle ne se voit pas faire autre chose, mais chaque elle se demande pourquoi les conditions de travail et sa rémunération ne changent pas. Ce sont des barrières au recrutement alors qu’on cherche de plus en plus à embaucher des préposés aux soins pour subvenir à une population vieillissante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi