•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trois campus de l'Université de Moncton sont importants selon le nouveau recteur

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Les trois campus de l'Université de Moncton sont importants selon le nouveau recteur

Rattrapage du mardi 7 juillet 2020
photo de Denis Prud'homme.

Denis Prud'homme est le nouveau recteur de l'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada

Denis Prud'homme est le onzième recteur de l'Université de Moncton. En poste depuis le 1er juillet, il affirme qu'il important de garder des trois campus de l'institution acadienne, mais qu'il faudra trouver des façons d'offrir les mêmes programmes à moindres coûts.

Je pense que les trois campus sont importants pour les communautés francophones au Nouveau-Brunswick. Par contre, je pense qu’il faut faire une réévaluation de la façon dont on offre les programmes et la façon dont on opère. Je pense qu’il faut avoir des gains sur le plan opérationnel et le plan de l’offre des programmes..., a précisé M. Prud’homme en entrevue à La matinale mardi matin.

Comme son prédécesseur, le recteur par intérim Jacques Paul Couturier, M. Prud’homme réitère la demande d’aide financière de l’établissement d’enseignement postsecondaire aux gouvernements fédéral et provincial, et ce, surtout dans le contexte de la COVID-19.

Ne sachant pas quelle forme prendra cette aide, le nouveau recteur compte trouver des économies dans les opérations de l’établissement.

J’aime mieux mettre l’accent sur ce qu’on est capable de contrôler et donc à court terme, c’est d’augmenter l’efficience en termes de livraison de programmes, a-t-il expliqué.

Comme annoncé lors de sa nomination en décembre, M. Prud’homme mise sur le recrutement de nouveaux étudiants pour faire grandir l’institution.

Vous savez, c’est une université où on a quand même un des ratios étudiants-professeurs parmi les meilleurs au Canada. Donc sur le plan de la qualité de la formation et de la relation avec les professeurs, je pense que c’est quelque chose qu’on doit vendre davantage à l’extérieur du Nouveau-Brunswick. C’est la même chose du côté du recrutement des professeurs. Je pense que la qualité de vie est un atout.

Denis Prud'homme, recteur de l'Université de Moncton

Le recteur dit vouloir recruter surtout dans la francophonie canadienne où il voit un grand potentiel. Je pense à l’Université d’Ottawa où, je pense, il y a 15 000 étudiants francophones, a rappelé le recteur.

Le médecin de formation compte aussi faire des efforts pour embaucherdavantage de professeurs à l’Université de Moncton. Le défi sera de les faire rester.

Dans un premier temps, il faut essayer de documenter davantage cette problématique afin de connaître les enjeux qui incitent nos professeurs à utiliser l’Université de Moncton comme un passage ou un tremplin, mais je pense que c’est à nous aussi de les mettre dans un environnement de leur donner les outils qu’ils n’auront peut-être pas ailleurs dans les grandes universités, a avancé celui qui a été professeur titulaire de l’École des sciences de l’activité physique de l’Université d’Ottawa.

En déménageant au Nouveau-Brunswick, le Dr Denis Prud’homme a dû s’isoler pendant 14 jours en raison de la pandémie de la COVID-19.

Maintenant sa quarantaine terminée, il espère pouvoir contribuer à améliorer la vitalité de la francophonie et découvrir sa nouvelle province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi