•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bulle atlantique est ouverte : le point avec la Dre Russell

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

La bulle atlantique est ouverte : le point avec la Dre Russell

Rattrapage du lundi 6 juillet 2020
Jennifer Russell au lutrin devant des drapeaux.

La Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, le 24 juin 2020.

Photo : Radio-Canada

La patience était de mise pour les personnes qui voulaient profiter de la bulle atlantique cette fin de semaine. Dimanche après-midi, à la frontière entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, à Aulac, le temps d'attente était d'environ 75 minutes.

Dimanche seulement, plus de 8000 véhicules de particuliers ont circulé entre les provinces de l’Atlantique.

Jacques Babin, porte-parole du ministère de la Sécurité publique au Nouveau-Brunswick, affirme que la circulation a doublé, et parfois même quadruplé, depuis l'ouverture de la bulle vendredi.

Par moments, les autorités ont laissé passer les véhicules sans faire de vérifications pour éviter des accidents en raison de l'achalandage trop élevé. La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, affirme qu’il s’agissait d’un risque acceptable.

C’est la balance entre la sécurité des gens parce que quand on attend dans de longues lignes, il y avait des gens qui n’avaient pas eu la chance d’aller à l’hôpital. C’était dangereux d’un autre côté aussi. C’est de trouver la balance entre la sécurité et une manière efficace et sécurité d’admettre les gens au Nouveau-Brunswick, a indiqué la Dre Russell en entrevue à La matinale.

Dimanche, seulement 134 véhicules ont été refusés à la frontière. L’assouplissement des règles aux frontières interprovinciales était devenu nécessaire.

On savait qu’un moment donné il fallait ouvrir un peu parce qu’il faut que les gens aient la liberté d’être avec leur famille pour améliorer la santé mentale, les effets négatifs et aussi l’économie, a précisé la Dre Russell.

Au Nouveau-Brunswick, lundi matin, il n’y avait qu’un seul cas actif de COVID-19. Au total, la maladie a été diagnostiquée chez 165 personnes depuis le début de la pandémie et deux personnes en sont mortes dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi