•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau Vitalité a gagné en « agilité » grâce à la pandémie

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Le réseau Vitalité a gagné en « agilité » grâce à la pandémie

Rattrapage du mercredi 22 avril 2020
Gilles Lanteigne en entrevue

Gilles Lanteigne, PDG du Réseau de santé Vitalité

Photo : Radio-Canada

Le Réseau de santé Vitalité a démontré une très grande « agilité » durant la pandémie de la CVOID-19, selon son président-directeur général, Gilles Lanteigne. Il espère maintenant que ce qui a été appris au cours des derniers mois pourra être appliqué lorsque la situation reviendra à la normale.

La pandémie a poussé le réseau de santé à adopter à plus grande échelle les technologies, comme la télémédecine, afin de rester en contact avec les patients.

Des médecins ont appelé des patients pour faire des consultations et donner des prescriptions qui étaient ensuite acheminées directement à la pharmacie.

La télémédecine, il y a des progrès énormes. Je pense qu’il ne faut pas revenir comme on était avant. Il faut utiliser les apprentissages qu’on a eus et les mettre en application le plus rapidement possible, a expliqué M. Lanteigne en entrevue à La matinale.

La crise de la COVID-19 a en fait créé une occasion « unique » et « extraordinaire » afin de revoir comment le réseau de santé fonctionne.

Il faut aussi continuer à voir comment on repart le réseau d’une façon pour ne pas se retrouver comme il y a deux ou trois mois, mais comment on voudrait être, a indiqué M. Lanteigne.

C’est sûr que ce n’est pas parfait, mais il y a quand même des apprentissages énormes qui ont été faits et ça augmente l'accessibilité, a-t-il ajouté.

M. Lanteinge a aussi rappelé que Vitalité a libéré plus de 300 lits pour répondre aux potentiels besoins de la pandémie. Même si la situation s’améliore au Nouveau-Brunswick, ces lits doivent demeurer encore disponibles selon lui.

Il ne faut pas oublier non plus que si on regarde à l’est ou à l’ouest, le Québec, la Nouvelle-Écosse, les situations sont loin d’être contrôlées et il ne nous faudrait que quelques foyers [de contamination] pour que la situation change. Il faut donc garder une capacité importante et réagir, a-t-il souligné.

Le 21 avril, il n’y avait que cinq personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick.

Le Réseau de santé Vitalité a par ailleurs annoncé mercredi après-midi que Gilles Lanteigne quittera son poste de président-directeur général le 20 octobre pour prendre sa retraite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi