•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congestion des hôpitaux : quelle est la situation dans le Sud-Est?

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Congestion des hôpitaux : quelle est la situation dans le Sud-Est?

Rattrapage du vendredi 22 novembre 2019
un homme sérieux portant des lunettes parle au micro dans un studio.

Le Dr Luc Cormier

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Jeudi, l'état d'urgence a été décrété à l'Hôpital régional de Campbellton en raison d'un débordement de patients. Cette situation n'est qu'un symptôme du mal qui afflige tout le réseau de santé, selon un médecin.

Le Dr Luc Cormier est président du Conseil des médecins et dentistes du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont. Des débordements, au plus important hôpital francophone du Nouveau-Brunswick, le cardiologue en a aussi vu.

Je pense qu’aucun hôpital au Nouveau-Brunswick, malheureusement, n'est à l’abri. On a vécu par moment également des situations de débordement. Ça se manifeste beaucoup sur la salle d’urgence bien entendu, a lancé le médecin en entrevue à La Matinale.

Le problème, selon le Dr Cormier, n’est pas exclusif à l’urgence. Il signale que l’hôpital en entier n’arrive plus à répondre à la demande de sa population. Cette situation a été vécue au CHU Dumont et selon le médecin, le scénario est sans doute le même à Campbellton.

Ce que je veux dire par ça, c’est que les gens qui ont besoin de soins entrent par la salle d’urgence. On a peu ou pas de contrôle sur les entrées à l’urgence, mais ces gens-là doivent être traités. Alors où ça déborde si l’hôpital est plein, c’est à l’urgence. Ce qui se passe à Campbellton, sans avoir tous les détails, pour moi c’est un reflet d’une situation qu’on a vécue intitulée crise de l’urgence ou débordement de l’urgence, a souligné le Dr Cormier.

Les médecins et les professionnels de la santé doivent traverser ces crises en essayant de trouver des solutions.

Ça nous force comme professionnels de la santé à regarder nos pratiques qui datent pour certains de 20 ou 25 ans et plus et de s’adapter pour trouver de nouvelles façons de faire, de nouvelles approches

Le Dr Luc Cormier

Même en essayant d’être le plus efficaces possible, les professionnels de santé ne peuvent pallier la pénurie de personnel, dit-il. Il manque entre autres des infirmières, rappelle-t-il.

Oui il y a certaines choses qu’on réclame comme changements. On comprend que tout n’est pas aussi simple à implanter. Par exemple, c’est sûr qu’on réclame plus d’infirmières. On demande de trouver des mécanismes pour en recruter plus. On pense qu’on a des solutions, mais on n’est pas des experts en ressources humaines. On espère qu’il y a des changements qui se font et on a l’impression que oui. Là, on attend des résultats.

Hugh Flemming et trois autres hommes devant les micros des journalistes.

Le ministre Hugh Flemming a commenté jeudi à Fredericton la crise à l’Hôpital régional de Campbellton.

Photo : Radio-Canada

Centralisation des laboratoires

Le ministre de la Santé Hugh Flemming a évoqué jeudi la centralisation des 20 laboratoires de la province en un ou deux endroits.

Nous avons 22 hôpitaux, et 20 d’entre eux ont des laboratoires [...] Et nous manquons de techniciens de laboratoire. Qu’est-ce que ça changerait si tout était fait à un ou deux endroits centraux?, a indiqué M. Flemming.

Ces laboratoires dans les hôpitaux sont indispensables, selon le Dr Cormier. En ayant un laboratoire dans l’hôpital, les médecins peuvent obtenir les résultats de tests importants très rapidement.

On a un grand volume de tests de routine [dont les résultats] doivent être obtenus dans les heures qui suivent. On ne peut pas s’attendre… Le courrier peut être aussi efficace qu’il veut, il ne peut pas être aussi vite que la vitesse de la lumière et l'instantanéité [qu'on] peut avoir avec les laboratoires de notre hôpital, a expliqué le médecin.

Le président du Conseil des médecins et dentistes du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont n’est pas contre l’idée de faire des économies, mais rappelle aussi que tous les rouages de l’hôpital doivent être synchronisés.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi