Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du lundi 21 octobre 2019

Higgs a déjà rompu 7 promesses selon un outil créé par des universitaires

Publié le

Blaine Higgs au milieu d'une foule.
Blaine Higgs à Quispamsis le soir de son élection le 24 septembre 2018.   Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Blaine Higgs est devenu officiellement le 34e premier ministre du Nouveau-Brunswick le 9 novembre 2018. Presque un an après son arrivée au pouvoir, un nouvel outil permet de faire état des promesses réalisées ou rompues jusqu'à maintenant par le gouvernement progressiste-conservateur.

Stéphanie Collin, professeure adjointe à l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, fait partie d’une équipe qui administre le Polimètre, l’outil qui permet de suivre les réalisations des gouvernement.

C’est vraiment un outil de démocratie électoral. Ça permet aux citoyens de savoir de manière juste et précise quelles sont les promesses d’un gouvernement qui est en place. Chaque promesse est un libellé précis qui permet de suivre cette trace, a expliqué Mme Collin.

Selon les données du Polimètre, les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs ont fait 174 promesses. Environ 20 (11,5%) de ces promesses ont été réalisées et 34 (19,5%) sont en voie de l'être ou de l'être partiellement. Sept promesses ont été rompues jusqu’à présent.

Parmi les promesses rompues, il y a celle d’« aider les collectivités côtières à s’emparer d’une part plus grande de l’industrie mondiale du tourisme ». L’équipe du Polimètre justifie ce verdict en rappelant qu’il existait déjà une stratégie touristique et que dans son budget, le gouvernement Higgs a coupé dans le budget du tourisme.

L’outil a été créé par l’Université Laval en 2011 pour suivre à la trace les engagements des formations politiques. Depuis, la performance de plusieurs gouvernements - dont certains minoritaires - a été analysée.

Si on regarde les Polimètres que nos collègues de l’Université Laval ont déjà fermés, le gouvernement [de Blaine Higgs] fait peut-être un peu moins bien que le gouvernement de Jean Charest et celui de Pauline Marois qui étaient aussi minoritaires, a expliqué Mme Collin.

La professeur soutient qu’il est possible pour un gouvernement en situation minoritaire de réaliser la majorité de ses promesses.

Le Polimètre montre que le gouvernement, même s’il est minoritaire, il est capable de remplir ses promesses. La littérature le démontre aussi. Ce n’est pas aussi facile que lorsque nous avons un gouvernement majoritaire, mais bref, on peut remplir ses promesses, dit-elle.

Le Polimètre est accessible en ligne tout comme les pièces justificatives qui permettent d’affirmer si une promesse a été réalisée ou rompue. L’outil est utilisé pour la première fois au Nouveau-Brunswick.

Chargement en cours