Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du mardi 8 octobre 2019

Grand Moncton : plus d’immigrants pour maintenir la croissance

Publié le

Omar Bnayan travaille à la boulangerie Fancy Pokket Corporation depuis deux mois. Il ne parle pas encore anglais, mais il suit des cours soit le matin ou l'après-midi selon son horaire de travail.
Omar Bnayan travaille à la boulangerie Fancy Pokket Corporation depuis deux mois. Il ne parle pas encore anglais, mais il suit des cours soit le matin ou l'après-midi selon son horaire de travail.   Photo : Radio-Canada

Une nouvelle stratégie préconise d'accueillir plus d'immigrants dans le Grand Moncton d'ici quatre ans pour maintenir la croissance dans la région.

Les consultants Aldéa Landry et David Campbell ont présenté la mise à jour de la stratégie d’immigration de la région au conseil municipal de Moncton lundi soir.

Ils estiment que la région devrait attirer de 2700 à 3500 immigrants par année de 2020 à 2024. Pour préserver l'équilibre linguistique dans la région, au moins 33 % d'entre eux devraient être francophones, recommandent les consultants, et il faudrait encourager les autres à apprendre le français.

L'immigration est essentielle à la santé économique du Grand Moncton, selon Aldéa Landry, présidente du cabinet d’experts-conseils Landal.

On a un besoin criant de main-d’oeuvre. Dans des secteurs, c’est plus prononcé que d’autres secteurs, c’est sûr que, par exemple, dans le secteur des services, que ce soit le service au détail, la restauration, les hôtels, on a un grand besoin. Les camionneurs, on en entend toujours parler. 

Une femme souriante assise dans un studio.
Aldéa Landry a contribué à élaborer la nouvelle stratégie en matière d'immigration du Grand Moncton. Photo : Radio-Canada/Patrick Lacelle

Il y a aussi des débouchés pour des professionnels, précise-t-elle, mais il faut choisir cette catégorie d’immigrants avec soin à cause de la difficulté pour plusieurs d’entre eux de faire reconnaître leurs diplômes au Canada.

Les consultants estiment dans leur rapport que 17 000 travailleurs de plus de 55 ans vont prendre leur retraite d’ici 10 à 15 ans. Il sera difficile de les remplacer puisque le taux de chômage chez les travailleurs de plus de 25 ans n’est que de 4,6 %.

Dans le passé, la migration de Néo-Brunswickois du nord vers le sud de la province a permis de répondre à certains des besoins de main-d’oeuvre du Grand Moncton, mais cette tendance est moins présente aujourd’hui.

La solution doit donc venir de l’immigration, selon David Campbell.

Un taux de rétention de 75 %

La nouvelle stratégie met aussi beaucoup d’accent sur la rétention des nouveaux arrivants. De 2010 à 2015, seulement 49,3 % des immigrants étaient encore dans la région de Moncton après 5 ans. La stratégie recommande de faire passer ce taux à 75 % après 5 ans.

Pour y arriver, il faut un effort « communautaire », selon Aldéa Landry. La mission de retenir les immigrants sera partagée entre les municipalités, les employeurs et une multitude d’organismes sans but lucratif qui peuvent tous épauler les immigrants dans leur nouvelle vie.

Mme Landry précise que les proches des immigrants économiques doivent aussi se sentir bien accueillis pour qu’ils aient envie de rester dans le milieu à long terme.

Un bambin mange un concombre, assis sur les genoux de sa mère
Les efforts d'intégration des immigrants doivent viser tous les membres des familles, selon Aldéa Landry. Photo : Radio-Canada/Josée Ducharme

Aldéa Landry reconnaît qu’il faut aussi continuer à sensibiliser la population existante chez qui persistent certains préjugés à l’égard des immigrants.

Il y a encore des gens qui pensent que les immigrants viennent ici pour prendre leur job, leur travail, mais c’est tout à fait faux!

Aldéa Landry

De 2016 à 2018, la population du Grand Moncton a cru de 1,4 %; l’immigration représentait 67 % de la hausse l’an dernier, comparativement à 22 % en 2009.

Selon le rapport des consultants, il y a déjà plus de 8000 immigrants qui vivent dans la région, dont 5000 occupent un emploi.

Avec des renseignements de Shane Magee, de CBC

Chargement en cours