Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du mardi 8 octobre 2019

Secrétariat aux langues officielles : Fredericton n'a pas besoin de plus de bureaucratie, selon Gauvin

Publié le

Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, en entrevue.
Robert Gauvin, vice-premier ministre et député de Shippagan-Lamèque-Miscou.   Photo : Radio-Canada

Dans son rapport 2018-2019, publié vendredi, le commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Michel Carrier, recommande notamment la création d'un secrétariat aux langues officielles. Cet organisme provincial veillerait à la mise en œuvre de la loi. Cette recommandation a été aussitôt rejetée par le premier ministre Blaine Higgs.

En entrevue à La Matinale mardi matin, le vice-premier ministre et ministre responsable de la Francophonie, Robert Gauvin, a affirmé que la création d’un secrétariat aux langues officielles contribuerait à alourdir la machine administrative du gouvernement provincial.

On est très conscient qu’on n’est pas le premier gouvernement qui se fait proposer un secrétariat. Deuxièmement, nous valorisons extrêmement le rôle du commissaire aux langues officielles, c’est pour ça que nous avons gonflé son budget de 25 % cette année. Maintenant, je ne suis pas sûr que Fredericton a besoin de plus de bureaucratie. Je sais que M. Carrier veut des explications de M. Higgs. Ils ont auront l’occasion d’échanger et après on verra, a avancé M. Gauvin.

Robert Gauvin a par ailleurs affirmé que le gouvernement de Blaine Higgs compte protéger la minorité linguistique francophone du Nouveau-Brunswick en passant par l’éducation.

Le principal problème au Nouveau-Brunswick, c’est la peur. La peur vient du manque d’information. Moi je pense que la meilleure façon de protéger la langue française surtout, c’est avec l’éducation. Il faut qu’on apprenne les deux langues. Il faut que nos enfants apprennent les deux langues, a précisé le ministre.

Le député de Shippagan-Lamèque-Miscou a également affirmé que Fredericton compte proposer un nouveau système d’immersion qui commencerait avant la première année.

Selon M. Gauvin, le commissaire aux langues officielles et le premier ministre devraient prochainement se rencontrer afin de discuter des recommandations du rapport publié vendredi.

Chargement en cours