Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du mardi 8 octobre 2019

Grippe : « Toute personne qui veut se faire vacciner devrait l’être »

Publié le

Une femme reçoit un vaccin contre la grippe.
Au Nouveau-Brunswick, le vaccin est administré par les bureaux de santé publique, certaines pharmacies, les médecins de famille, les sages-femmes et d’autres fournisseurs de soins de santé.   Photo : Associated Press

La saison de la grippe est à nos portes et les services de santé recommandent aux gens de se faire vacciner pour réduire les risques de contracter la maladie.

Les personnes plus vulnérables ne doivent pas hésiter à se faire vacciner ni les gens qui les entourent, recommande un médecin microbiologiste au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, Richard Garceau.

Les enfants, les femmes enceintes, les gens de plus de 65 ans, les gens entre 18 et 65 ans qui souffrent de maladie chronique, soit que leur immunité est réduite par une médication ou une condition de santé, comme les greffés, les gens qui souffrent d’hypertension, de diabète, de maladie coronarienne, qui ont souffert d’AVC, qui ont une maladie neurologique chronique. Et quant à moi, toute personne qui veut se faire vacciner devrait l’être, affirme le Dr Garceau.

Au Nouveau-Brunswick, le vaccin est administré par les bureaux de santé publique, certaines pharmacies, les médecins de famille, les sages-femmes et d’autres fournisseurs de soins de santé. Certains employeurs l’offrent aussi à leur personnel.

L’an dernier, rappelle le Dr Garceau, la grippe a commencé à se manifester en octobre et elle a été particulièrement active de la mi-décembre jusqu’au mois de mai.

Les scientifiques doivent prédire quelles souches seront prolifiques pour préparer un nouveau vaccin chaque année.

La composition du vaccin doit varier un petit peu d’une année à l’autre, selon les recommandations faites par l’Organisation mondiale de la santé. Le vaccin cette année a été ajusté pour tenir compte de ce qui devrait circuler. Et ça, ce qui devrait circuler, c’est un exercice qui se base sur ce qui a circulé ailleurs dans le monde et ce qu’on prédit qui va circuler ici. Ce n’est pas une science absolument exacte, explique le Dr Garceau.

Le taux d’efficacité du vaccin peut donc varier d’une année à l’autre.

« L’année passée, selon ce que j’ai lu, c’était à 70 % ou 72 % d’efficacité, ce qui était très bon parce qu’il faut retenir qu’il y a quelques années, il y a peut-être trois ou quatre ans, c’était moins de 10 %. Alors, ça démontre jusqu’à quel point le choix des composantes du vaccin est important, souligne le médecin microbiologiste.

Grippe ou rhume?

Les gens confondent parfois le rhume et la grippe, mais cette dernière qu’on appelle aussi influenza est beaucoup plus sévère.

Les gens vont avoir de la fièvre, ils vont être couchés, ils vont avoir des douleurs partout. Les enfants vont avoir des nausées, des vomissements et de la diarrhée à l’occasion. Alors, c’est beaucoup plus sévère qu’un rhume où on a du mal à la gorge, de l’écoulement au nez et qu’on est capable d’aller travailler. Avec la vraie grippe, on n’est pas capable d’aller travailler, il faut qu’on reste couché au lit, explique Richard Garceau.

Conseils pour prévenir la propagation de la grippe :

  • se laver les mains fréquemment;
  • éternuer dans la manche ou sur le coude, non dans les mains;
  • éviter les personnes contagieuses;
  • éviter de sortir si vous êtes malade.

Chargement en cours