Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Blanchard
Audio fil du lundi 23 septembre 2019

Bouger pour éviter les foyers de soins

Publié le

Groupe de femmes participant à une session d'activités physiques
Femmes participant à une session d'activités du projet Grouille ou Rouille de l'Université du troisième âge du Sud-Est, à Cocagne.   Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Quatre participantes du projet Grouille ou Rouille de l'Université du troisième âge du Sud-Est, à Cocagne, s'efforcent de faire de l'activité physique pour se garder en forme. Toutefois, elles se sont montrées très soucieuses de leur avenir et veulent attirer l'attention des candidats aux élections fédérales quant à la situation du système de santé au Nouveau-Brunswick.

Jeannine Doiron, Louise Côté, Murielle Goguen et Mathilda Boucher ont discuté des sujets qui les préoccupent dans le premier d'une série de quatre carnets de campagne. Elles déplorent la détérioration des conditions dans les hôpitaux et les foyers de soins de la province.

Il n’y a pas assez d’aide dans les foyers. Ça prendrait beaucoup plus d’aide. C’est vrai que c’est peut-être pas toujours possible, mais il faudrait faire quelque chose, un moyen pour changer ça. Parce qu’on s’en va toutes par là.

Louise Côté, participante du projet projet Grouille ou Rouille.

Les participantes revendiquent plus d’investissements en santé et dans les programmes de prévention des maladies, comme le projet Grouille ou Rouille qui offre une panoblie d’activités physiques aux personnes âgées.

Ces femmes croient que leur participation à ce projet leur permettra d’éviter ou d’au moins retarder leur entrée dans les foyers de soins.Plus que je serai en forme, ça va peut-être aller plus loin pour aller dans les foyers., affirme Jeannine Doiron.

Groupe de femmes participant à une session d'activités physiques
Femmes participant à une session d'activités du projet Grouille ou Rouille de l'Université du troisième âge du Sud-Est, à Cocagne. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

Les participantes soulignent aussi la nécessité de créer de nouveaux emplois et de retenir les jeunes dans la province en vue d’améliorer l’économie de la région. On a besoin de créer des emplois. On a besoin de garder nos jeunes ici. On a des bons jeunes, des jeunes intelligents. Puis ils apportent leur intelligence dans d’autres provinces. Puis ça c’est déplorable. , déclare Mathilda Boucher.

Dans cette série de carnets de campagne, le journaliste Michel Nogue parcourt la province afin de saisir ce que les gens aimeraient entendre des candidats aux élections du 21 octobre.


Photo de quatre femmes.
Participantes du projet Grouille ou rouille de Cocagne. De gauche à droite: Mathilda Boucher, Murielle Goguen, Jeannine Dorion et Louise Côté. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

Groupe de femmes participant à une session d'activités physiques
Une session d'activités du projet Grouille ou Rouille de l'Université du troisième âge du Sud-Est, à Cocagne. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

D'après les informations de Michel Nogue.

Chargement en cours