•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

À Sackville, un projet unit aînés et étudiants

Rattrapage du jeudi 24 septembre 2020
Nadine Robinson, Sally Orava et Natalie Comfort.

Nadine Robinson, Sally Orava et Natalie Comfort

Photo : Gracieuseté

Les aînés sont frappés de plein fouet par la pandémie. Non seulement par le coronavirus comme tel, mais aussi par la solitude. Des étudiants de l'Université Mount Allison, à Sackville au Nouveau-Brunswick, ont donc décidé de prendre sous leurs ailes des personnes âgées.

La solitude est un prix à payer bien élevé pour de nombreux aînés. Hannah Crouse l'a constaté pendant des semaines alors que le même scénario se répétait. C'est que l'étudiante de troisième année devait faire des livraisons chez des gens. Elle avait reçu une bourse pour le faire.

Le centre pour étudiants Wallace McCains, à l'Université Mount Allison à Sackville.

Le centre pour étudiants Wallace McCains, à l'Université Mount Allison à Sackville.

Photo : Université Mount Allison

C’est de cette façon qu’elle a constaté que des personnes pleuraient de bonheur de simplement voir un autre être vivant. Cela a inspiré la jeune femme à mettre sur pied un programme où des étudiants partagent une fois par semaine un repas avec un aîné.

Elle a lancé un appel sur les réseaux sociaux en plus d'organiser une fête pour jumeler des étudiantes et des étudiants à des aînés.

Et ç’a fonctionné au-delà des espérances. Dix-huit étudiants ont été jumelés à 20 aînées. Il s’agit du double des attentes.

Natalie Comfort est l’une de ces étudiantes. Elle a été jumelée à Sally, une septuagénaire qui a vécu toute sa vie à Sackville.

Elle est vraiment drôle. On parle surtout de magasinage et de sa vie à Sackville parce qu’elle y a passé sa vie. Elle connaît donc tout le monde à Sackville. Elle sait toujours ce qui se passe.

Natalie Comfort

En plus de discuter des derniers commérages, les deux nouvelles amies parlent de magasinage et de leurs expériences de vie en général. L’étudiante devient en quelque sorte sa fenêtre sur la société, surtout dans un contexte comme celui de la pandémie où tout est appelé à changer.

Si vous êtes à la maison seule, c’est vraiment ennuyant. Donc, elle aime vraiment ça qu’on vienne la voir et ce qui se passe à l’extérieur, a indiqué l’étudiante.

Le programme tire à sa fin, mais Mme Crouse entrevoit déjà sa prolongation. Elle est à la recherche de financement pour aider les étudiants à payer l’essence et la nourriture entre autres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi