•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Le vol de vélo en diminution et le rêve d’un meilleur réseau cyclable à Moncton

Rattrapage du jeudi 24 septembre 2020
94dcf821e94a4e40b9e7eb3aefafb933

Moins de vélos se font voler à Moncton. Krysta Cowling s’en réjouit.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Dans le Grand Moncton le nombre de vols de vélos a chuté d'un tiers cette année. Alors que la GRC refuse de commenter le dossier, le milieu du cyclisme croit que la pandémie de la COVID-19 a réduit les ardeurs des voleurs.

Si on se fie aux réseaux sociaux, il semble y avoir une hausse du nombre de vols de vélos dans la région du Grand Moncton. Cette augmentation ferait suite à la hausse des ventes de bicyclettes ce printemps.

Or, selon les données fournies par le service Codiac de la GRC - le corps policier du Grand Moncton - du 1er janvier au 31 août 2019, des voleurs se sont emparés de 178 vélos dans la région. Pour la même période cette année le chiffre est de 116. Il s’agit d’une diminution de 34 %.

Krysta Cowling est une militante du transport actif dans la région. Elle se dit très contente de voir cette importante baisse du nombre de vols de vélos dans la région urbaine.

Selon la cycliste, la quarantaine a changé les habitudes des gens quant à leur va-et-vient quotidien. Plus de gens travaillaient de la maison plutôt que de se rendre au boulot en vélo par exemple. La bicyclette était utilisée surtout pour aspect récréatif durant la pandémie.

Cette année on était en quarantaine au mois d'avril. Et aussi un peu au mois de mai. Alors ça avait impacté le nombre de personnes qui sont dehors, qui laissent leur vélo dehors et qui verrouillent leur vélo. Alors ça, ça va avoir un grand impact, a expliqué Mme Cowling.

En somme, les gens ont redécouvert le simple plaisir de faire du vélo. Les vendeurs l’ont d’ailleurs remarqué alors que leurs ventes étaient en hausse durant la pandémie. Mme Cowling se réjouit d’ailleurs de cet enthousiasme pour le vélo.

Pour moi quand je vois ces chiffres, je pense ce qui a eu le plus grand impact sur ça, c'est la COVID-19 et la pandémie. Alors moi je soupçonne qu'on va avoir une augmentation encore l'année prochaine.

Krysta Cowling

La Ville de Moncton a transformé une partie de la rue Main en piste cyclable durant quelques mois cet été avant de revenir en arrière et rouvrir de nouveau l’ensemble de l’artère aux automobilistes.

Plaidoyer pour un meilleur réseau cyclable

Ce qui manque d'après elle, c'est justement une infrastructure pour les cyclistes, un véritable réseau de pistes cyclables.

On voit déjà que les attitudes commencent à changer, mais je dirais que c'est plutôt de changer les attitudes pour créer un réseau. Puis pour voir comment, si on change une rue en particulier, comment ça va faire partie d'un réseau. Je pense c'est vraiment difficile de vendre à quelqu'un l'idée d'une piste cyclable si c'est une piste cyclable qui est petite et qui existe seulement dans un endroit. Qui n'est pas connectée avec les autres, a souligné Mme Cowling.

Samuel LeGresley est aussi cycliste. Il aimerait également voir de meilleures infrastructures pour le transport actif à Moncton. Il existe déjà des pistes cyclables ici et là dans la municipalité, mais elles ne sont pas interconnectées et ne mènent souvent nulle part.

La connectivité du réseau cyclable est l’enjeu principal selon M. LeGresley qui va jusqu’à proposer la voie Lutz-Park afin de relier le nord de Moncton à son centre-ville et à l’Université de Moncton.

Ce que je voudrais vraiment, c’est une voie cyclable protégée pour que les cyclistes soient en sécurité pour qu’ils ne risquent pas leur vie chaque fois qu’ils sortent pour se rendre au travail, a avancé M. LeGresley.

Un groupe va apporter sa vision au conseil municipal en espérant que l’idée soit reprise par les urbanistes de la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi