•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Les proches aidantes ont-elles un rôle dans les foyers de soins?

Rattrapage du jeudi 23 juillet 2020
Le visage d'une aînée.

Maintenir le contact avec nos aînés est primordial pour préserver leur santé mentale.

Photo : iStock

Dans la Péninsule acadienne, des proches aidantes sont partagées face à l'idée de donner un coup de main dans les foyers de soins pendant la pandémie.

Nadine basque de la Pointe-des-Robichaud et Jacinthe Leclerc de Tracadie visitent régulièrement des proches. Quoique les deux aiment aider leurs proches, leurs idées sur le faire durant la pandémie divergent.

Nadine Basque est aide-enseignante le jour. Elle s’occupe de trois enfants autistes. Après son travail, elle garde un oeil sur trois femmes âgées, dont la grand-mère de son conjoint qui a 102 ans.

À savoir si les proches aidants devraient donner un coup de main dans les foyers durant la pandémie, elle hésite. C'est tout un dilemme pour elle. D'un côté elle voit que les aînés ont besoin de soins et de contacts sociaux. De l'autre, elle voit qu'il faut à tout prix réduire le risque de contagion.

Il y a le côté de sécurité. On ne veut pas qu'ils attrapent cette maladie-là. On veut les protéger à tout prix, mais d'un autre côté, on a peur qu'ils nous oublient. On a peur qu'ils perdent de leur autonomie, confie Mme Basque.

Jacinthe Leclerc s'occupe quant à elle de ses deux parents, dont son père de 90 ans qui souffre d'Alzheimer. Il réside dans un foyer de soins de Néguac. Quand on lui demande si elle serait prête à appuyer le personnel du foyer, elle répond immédiatement par l’affirmative.

C'est sûr qu'avec la COVID ce n'est pas facile de nous faire entrer dans les foyers. Mais je pense que si ça peut aider les employées dans les foyers je pense que les proches aidants devraient être capables d'entrer s'occuper de leurs parents, a confié Mme Leclerc.

Chose certaine, avec la pénurie de personnel dans les établissements un peu partout en Acadie, des proches comme elles seront appelés à réduire la charge de travail du personnel. La pression sera certainement plus forte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi