•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prendre les grands moyens pour éliminer l'achigan à petite bouche de la Miramichi

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Prendre les grands moyens pour éliminer l'achigan à petite bouche de la Miramichi

Rattrapage du lundi 29 juin 2020
Brian Richard dans le lac à côté d'un barrage en bois.

Brian Richard érige un barrage chaque année sur le lac Miramichi.

Photo : Autre banques d'images / Michel Nogue

Deux visions s'affrontent sur l'efficacité des efforts qui visent à contenir l'achigan à petite bouche dans le lac Miramichi.

Ce poisson a été introduit de façon illégale dans le lac et le gouvernement fédéral fait des pieds et des mains depuis des années pour le contenir. C’est que l'achigan à petite bouche est un prédateur redoutable pour les petits saumons.

Depuis 11 ans, Pêches et Océans Canada dresse un barrage à un bout de ce lac en plus d'électrocuter les achigans à petite bouche.

Trois hommes qui travaillent sur un barrage dans un lac.

Depuis 2009 Brian Richard et ses deux fils dressent un barrage à la décharge du Lac Miramichi pour empêcher l’achigan à petite bouche d’entrer dans le bassin-versant de la Miramichi.

Photo : Autre banques d'images / Michel Nogue

Voilà que des groupes de pêcheurs et des communautés autochtones concluent que ce programme ne fonctionne pas. Ils veulent obtenir le feu vert pour empoisonner le lac et une partie de la rivière pour anéantir le l’achigan à petite bouche.

Ils veulent déverser de la roténone.

L'effet est de courte durée. Parce qu'on parle d'épandre un produit chimique qui va tuer presque tout ce qui est présent dans l'endroit où le produit est introduit, explique Charles Cusson de la Fédération du saumon de l’Atlantique.

Celui qui s'occupe du barrage au bout du lac Miramichi ne croit qu’il s’agit de la bonne approche. Chaque été depuis onze ans Brian Richard et ses deux fils installent un barrage au bout du lac Miramichi pour bloquer le passage à l'achigan à petite bouche.

Alors qu'auparavant ils pouvaient attraper de 10 à 20 poissons adultes ce printemps ils en ont trouvé à peine trois. C’est la preuve que le barrage fonctionne, selon M. Richard.

On fait une bonne job, dit-il.

Les propriétaires de chalets dans le coin s'inquiètent eux aussi de cette idée d'empoisonner le lac? La porte-parole Trish Foster affirme qu'elle n'en dort plus la nuit. Elle a écrit au gouvernement fédéral pour demander d’arrêter ou du moins retarder l’utilisation de la roténone.

La décision revient cependant au gouvernement provincial. Une porte-parole a expliqué que Fredericton n’a pas encore tranché sur l’utilisation de ce poison.

Le gouvernement fédéral négocie tout de même avec les groupes autochtones. Une porte-parole de Pêches et Océans Canada écrit dans un courriel qu'une décision devrait être prise d'ici la fin de l'été ou en septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi