•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vélos plus populaires que jamais

La matinale

Avec Martine Blanchard

En semaine de 6 h à 10 h au N.-B.,
9 h à 10 h en Atlantique (9 h 30 à 10 h 30 à T.-N.-L.)

Les vélos plus populaires que jamais

Rattrapage du mercredi 20 mai 2020
Des vélos et des cyclistes.

Engouement pour le vélo après le déconfinement.

Photo : iStock / zozzzzo

En ces temps de pandémie, il est de plus en plus difficile de trouver un vélo. Alors que les sports d'équipe font l'objet de restrictions en raison de la COVID-19, les gens se tournent vers des activités plus individuelles, comme le cyclisme, pour garder la forme.

Les propriétaires de boutiques de vélo au Nouveau-Brunswick ont remarqué une augmentation de l’intérêt envers le sport, si bien que les stocks de certains modèles sont épuisés et que, pour d’autres, il faut attendre des mois avant de pouvoir obtenir sa nouvelle bicyclette.

On est rendus à l’heure critique parce que là, juste ce matin, j’étais à chercher des vélos pour remplir mes demandes et ils ne sont pas disponibles, a expliqué Frédéric Daigle, de ProX Sports, à Campbellton.

La situation est similaire chez Fitworks, à Dieppe, où les vélos encore abordables se font plus rares.

Même son de cloche pour My Bike Shop, à Moncton, où il faut maintenant débourser un peu plus pour se trouver un vélo neuf.

La plupart des gens cherchent des bicycles entre 400 $ et 800 $ maximum, donc le restant des vélos disponibles sont entre 1000 $ et 2000 $, a souligné Jim Goguen, le propriétaire.

Un homme qui installe un pneu de vélo dans un magasin de vélo.

Jim Goguen, propriétaire de My bike shop à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

On a commandé des bicycles, mais c’est un autre mois avant qu'ils arrivent, a-t-il ajouté.

La majorité des vélos sont fabriqués en Asie, où le virus de la COVID-19 est apparu en premier. Dans certains cas, des usines ont été fermées et la production a cessé. Les fournisseurs ne pouvaient alors répondre à la demande grandissante des consommateurs.

C’est un peu drôle de voir que ça prend une pandémie pour que les gens regardent à ce sport-là de nouveau, a indiqué M. Daigle.

Le propriétaire de la boutique de sport croit que la demande est devenue plus importante parce que la population a maintenant plus de temps et se devait de trouver un sport individuel pour passer le temps et garder la forme. Au Nouveau-Brunswick, les salles de sports sont fermées et les sports d’équipe ne peuvent être pratiqués.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi