•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La poutine menacée par la pandémie

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La poutine menacée par la pandémie

Rattrapage du lundi 23 novembre 2020
Poutine du restaurant Ma Cabane, à Saint-François-du-Lac.

Quand avez-vous mangé votre dernière poutine?

Photo : Radio-Canada / Elyse Allard

Les ventes de fromage en grains sont en forte baisse en 2020, un signe que les Canadiens ont mangé beaucoup moins de poutine durant la pandémie.

Sylvain Charlebois, scientifique du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l'Université Dalhousie, explique que les ventes au détail de fromage en grains ont augmenté, mais pas suffisamment pour compenser la baisse observée dans les restaurants.

La poutine est un plat difficile à bien réussir à la maison, contrairement à la pizza, le hamburger ou le hot dog, souligne-t-il.

C'est aussi un plat qui est associé à un contexte social, croit-il. La plupart des gens mangent une poutine après une sortie, en groupe ou pour une occasion particulière, affirme Sylvain Charlebois.

Le chercheur a voulu tout connaître de ce plat emblématique et y a consacré un livre, Nation Poutine, dont la parution a été reportée à avril 2021. Il raconte avoir facilement trouvé de la poutine à Calgary, Paris, Shanghaï, Brisbane et la Nouvelle-Orléans.

Il souligne que la véritable poutine doit absolument utiliser du fromage en grains et une sauce brune (qui n'est pas une sauce pour "hot chicken").

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi