•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La pandémie pourrait-elle être mieux gérée en Alberta?

Rattrapage du mardi 17 novembre 2020
Une patiente couchée dans un lit d'hôpital avec un masque à oxygène.

Le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 augmente rapidement en Alberta.

Photo : getty images/istockphoto / Halfpoint

Le gouvernement albertain se trouve dans une situation délicate et les mesures à adopter face à la pandémie ne sont pas faciles à déterminer, affirme le directeur de l'École de politiques publiques de l'Université de Calgary, Pierre-Gerlier Forest,.

Le nombre de cas de COVID-19 augmente rapidement en Alberta depuis les dernières semaines, tout comme le nombre de patients hospitalisés et de décès. De nombreux médecins et professionnels du système de la santé ont demandé au gouvernement albertain d'adopter des mesures plus strictes pour aider à réduire la propagation.

La médecin hygiéniste en chef de l'Alberta Deena Hinshaw est aussi visée par certains qui croient qu'elle devrait se montrer plus ferme face à ce qu'ils perçoivent comme un manque d'action du gouvernement albertain.

Pierre-Gerlier Forest croit qu'il faut rester humble devant le virus et reconnaître que les mêmes mesures adoptées à différents endroits n'ont parfois pas les mêmes résultats. Il est donc difficile pour les gouvernements de déterminer les actions efficaces à adopter.

Il souligne que la situation cet automne est un peu différente que celle que la province a connue au printemps.

Selon lui, le nombre plus important d'Américains qui peuvent venir au Canada augmente la contamination. De plus, il constate que les Albertains sont maintenant moins disciplinés quand vient le temps de respecter les mesures de distanciation sociale.

Pierre-Gerlier Forest croit que le gouvernement albertain a peut-être de bonnes raisons d'hésiter. Le contexte social albertain doit être pris en compte, croit-il.

En Alberta, un nombre important de gens doutent de l'existence du virus et sont méfiants envers les vaccins, explique-t-il. Ce bloc de personnes sceptiques forme une partie de l'électorat de Jason Kenney et certains membres de son caucus en font peut-être même partie, pense-t-il.

Si des mesures strictes étaient adoptées, mais rejetées par la population, la situation ne s'améliorerait pas de toute façon, estime Pierre-Gerlier Forest.

Il croit que sans confiner la population comme au printemps, certains changements pourraient être considérés comme l'interdiction des grands rassemblements et imiter certaines juridictions qui ont imposé des cours en ligne pour l'enseignement secondaire et postsecondaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi