•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Le sort des internés japonais durant la Deuxième guerre

Rattrapage du mercredi 12 août 2020
Trois citoyens canadiens d'origine japonaise deavnt un camp de travail à Slave Lake durant la Deuxième guerre mondiale

Hick Hideo Hinastu, Lankey Yoshiaki Tanaka et Tak Ikeda devant le camp no 6 des scieries Chisholm à Slave Lake

Photo : Archives du musée Galt de Lethbridge

Après le bombardement de Pearl Harbor lors de la Seconde Guerre mondiale, l'Alberta a décidé de construire des camps de travail pour recevoir plusieurs milliers de citoyens canadiens d'origine japonaise pour soutenir l'économie de la province. Ces derniers, dont la majorité n'avaient même jamais mis les pieds au Japon, étaient des descendants de travailleurs venus construire le réseau de chemins de fer.

Comme le souligne l'historien Stéphane Guevremont, le gouvernement albertain avait accepté cette main d'oeuvre gratuite pour aider ses industries, dont celle de la betterave à sucre. Ils étaient cependant mal nourris et mal logés et avaient été dépossédés de leurs biens.

Les Canado-Japonais devaient aussi payer les gouvernements pour leur déplacement et leur incarcération! Par exemple, ils devaient débourser 70 dollars par année à la commission scolaire locale pour l'éducation secondaire d'un enfant. On payait chaque travailleur 27 dollars l'acre pour un quota minimum de douze tonnes de betteraves.

Stéphane Guevremont

Les Albertains devaient aussi surveiller les déplacements et activités des Canado-Japonais. Comme les citoyens internés étaient des travailleurs dociles et assidus, beaucoup d'entre eux finirent par obtenir l'estime de beaucoup d'Albertains malgré les conditions pitoyables dans lesquelles ils vivaient. À la fin de la guerre beaucoup d'entre eux choisirent de s'installer en Alberta. Ils constituent aujourd'hui 3 % de la population, soit 122 400 habitants.

Le 12 septembre 1988, le Premier ministre Brian Mulroney s'excusait pour le traitement des citoyens d'origine japonaise durant la Seconde Guerre mondiale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi