•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour quelles raisons envoie-t-on son enfant en immersion française?

La croisée

Avec François Joly

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Pour quelles raisons envoie-t-on son enfant en immersion française?

Rattrapage du jeudi 23 juillet 2020
Des élèves en immersion française

Des élèves en immersion française

Photo : Canadian Parents for french

Il existe de nombreux raisonnements dans la tête des parents qui décident d'inscrire leurs enfants en immersion française. C'est ce que décrit Sylvie Roy, vice-doyenne à la recherche de la Faculté d'éducation de l'Université de Calgary, dans son récent livre French Immersion Ideologies in Canada.

De nombreux Canadiens sont intéressés à faire apprendre le français à leurs enfants parce qu'il s'agit d'une des langues officielles du pays.

Sylvie Roy a constaté que c'est souvent le cas chez les familles immigrantes qui veulent aider leurs enfants à s'intégrer au Canada.

Avec la mondialisation, le bilinguisme devient également de plus en plus important pour de nombreuses familles. Parler plusieurs langues devient un atout très important dans une économie qui transcende les frontières.

Les avantages du bilinguisme pour le développement cognitif attirent également de plus en plus l'attention.

Plusieurs parents croient par contre que leurs enfants devraient apprendre l'anglais avant d'apprendre le français. Sylvie Roy souligne qu'il est tout à fait possible d'apprendre plusieurs langues en même temps et que l'immersion française permet d'étudier l'anglais et le français.

Défi pour la communauté francophone

La communauté francophone a une relation complexe avec l'immersion française, affirme Sylvie Roy.

Des personnes qui se sont battues pour préserver leur langue ont parfois du mal à accepter que quelqu'un ne la parle pas parfaitement ou ne la parle pas de la façon souhaitée.

Elle croit que la communauté francophone devrait faire preuve de plus d'inclusivité pour accueillir et encourager tous ceux qui veulent apprendre le français.

Sylvie Roy souligne qu'il existe également un fossé entre les générations par rapport à l'apprentissage du français. Les enfants ne sont pas comme les vieux. Ils veulent apprendre la langue, ils veulent l'apprendre différemment, ils veulent jouer avec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi