•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mythes par rapport au port du masque

La croisée

Avec François Joly

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Les mythes par rapport au port du masque

Rattrapage du mardi 21 juillet 2020
Trois princesses du Stampede saluent la caméra portant leur habit d'apparat et un masque chirurgical lors du déjeuner aux crêpes au volant, le 4 juillet 2020.

Les reines et les princesses du Stampede de Calgary n'ont pas échappé à la recommandation de porter un masque lorsque la distanciation physique est difficile ou impossible.

Photo : Radio-Canada / Helen Pike

Non, porter un masque ne diminue pas l'apport en oxygène, affirme Catherine Crépeau, journaliste scientifique qui écrit pour le Détecteur de rumeurs, de l'Agence Science-Presse.

Elle souligne que de nombreuses études ont été effectuées au cours des dernières décennies sur le port du masque chirurgical, par les travailleurs de la santé, par exemple, et que son efficacité pour limiter la propagation des virus est bien établie.

Le masque empêche la propagation des gouttelettes produites lorsqu'on parle, qu'on tousse ou qu'on respire. Il sert donc à protéger les autres en évitant de les contaminer si on est porteur d'un virus. Des personnes en groupe qui portent un masque se protègent mutuellement.

Les études effectuées sur les travailleurs qui doivent porter un masque montrent également que leur apport en oxygène est pratiquement le même que pour ceux qui ne le portent pas, explique Catherine Crépeau.

Cela est dû au fait que les molécules d'oxygène sont plus petites que les virus et peuvent passer à travers le masque.

Catherine Crépeau admet que le port du masque est souvent désagréable, surtout l'été. Il crée une accumulation de chaleur au niveau du visage et peut causer de l'acné et des irritations cutanées chez certains.

Elle rappelle par ailleurs que le port du masque ne doit pas donner un faux sentiment de sécurité. Il est tout de même important de maintenir une distance sécuritaire les uns avec les autres et de se laver les mains régulièrement.

Pour ce qui est du gel hydroalcoolique, contrairement à ce que certaines publications sur les médias sociaux affirmaient, il ne cause pas d'incendie lorsqu'on le laisse dans une voiture, à moins qu'une allumette ne soit allumée très près du gel qui contient de l'alcool, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi