•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financer les universités en se basant sur la performance, une idée controversée

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Financer les universités en se basant sur la performance, une idée controversée

Rattrapage du lundi 11 mai 2020
Trois personnes marchent dans la neige devant un édifice de l'Universtié de l'Alberta.

L'Université de l'Alberta est l'une des plus grandes universités de la province.

Photo : Radio-Canada / Tricia Kindleman

Lier le financement des universités albertaines à des critères de performance risque de ne pas améliorer significativement la qualité de l'enseignement et comporte des risques importants, croit Olivier Bégin-Caouette, professeur à l'Université de Montréal et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur l'enseignement supérieur.

Le gouvernement albertain va de l'avant avec son plan de lier une partie du financement des universités et des collèges à des indicateurs de performance, tels que le nombre d'étudiants, le taux de diplomation ou le taux d'emploi des diplômés. Les critères exacts pour chaque établissement devraient être connus d'ici la fin du mois de mai.

De nombreux états américains et provinces canadiennes ont déjà opté pour ce modèle de financement, explique Olivier Bégin-Caouette.Les résultats sont partagés, affirme-t-il, du fait entre autres que les aspects qui veulent généralement être améliorés sont difficiles à mesurer.

Certaines branches de recherche et de formation universitaire où les diplômés sont moins bien rémunérés risquent d'écoper de ce changement dans le modèle de financement, estime-t-il.

De plus, avec un financement basé en partie sur la performance, certains collèges et universités pourraient perdre une part importante de leur financement et certains pourraient même devoir fermer leurs portes, affirme Olivier Bégin-Caouette. Il croit que ce sont surtout les collèges et universités situés dans les plus petites villes qui sont les plus à risque de devoir fermer si un modèle semblable est adopté.

Il souligne que les établissements d'enseignement postsecondaire sont des organisations complexes qui offrent des services à la communauté et permettent d'accumuler du savoir et de l'information.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi