•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une baisse du nombre de places de stationnement à Edmonton

La croisée

Avec François Joly

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Vers une baisse du nombre de places de stationnement à Edmonton

Rattrapage du jeudi 23 janvier 2020
Un autobus de ville passe dans la rue. Une enseigne pour le campus Saint-Jean est visible à droite.

L'autobus 151 est le seul lien direct entre le campus Saint-Jean et le centre-ville d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

Un rapport déposé jeudi devant le comité d'urbanisme du conseil municipal d'Edmonton recommande d'abandonner un règlement qui force les propriétaires de commerce et de logements à offrir du stationnement hors des rues. Selon l'urbaniste Brian Romanevsky de City Trends, il s'agirait d'une belle initiative.

Les objectifs de cette mesure à long terme sont de diminuer le nombre d'espaces occupés par les terrains de stationnement et de favoriser les déplacements à pied. Un commerce pourrait par exemple être autorisé à fournir moins d’espaces de stationnement sur son terrain lorsque l’accès au transport en commun est facile dans le secteur.

« Il ne faut pas avoir peur [de manquer de stationnements] », pense Brian Romanevsky même s'il convient cette idée divise dans la population.

Selon l'urbaniste, il est important d'avoir des politiques dans les grandes villes qui facilitent le développement urbain et la densification. C'est ce que permettrait l'abandon du règlement à Edmonton d'après lui.

D'ailleurs, ce dernier indique que c'est une discussion qu'ont eu les grandes villes notamment Montréal, Toronto et Calgary.

Pour faciliter le développement urbain et augmenter son nombre d'habitants, l'expert juge que la Ville doit en plus d'éliminer les stationnements penser à augmenter la densité résidentielle.

Mais le redéveloppement c'est difficile, ça prend plusieurs années.

Brian Romanevsky, urbaniste

L'expert croit par ailleurs que de favoriser les espaces de stationnement en ville minimise l'utilisation des trottoirs et des pistes cyclables. « C'est complètement à contre-courant des politiques qui sont mises en place dans les villes en Amérique du Nord », ajoute-t-il.

Brian Romanevsky indique que cette mesure si adoptée éviterait par ailleurs l'étalement urbain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi