•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croisée

Avec Sandra Gagnon

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Écrasement à Téhéran : « C'était des gens qui aimaient être avec les autres et qui voulaient contribuer à la société »

Rattrapage du mercredi 8 janvier 2020
Photo de mariage d'un couple qui sourit.

Arash Pourzarabi, 26 ans, et Pouneh Gorji, 25, ans se sont mariés en Iran.

Photo : Akhavan Studio

Le personnel et les étudiants de l'Université de l'Alberta sont ébranlés par la mort de plusieurs personnes lors de l'écrasement d'un avion à Téhéran, mercredi, dont un couple d'étudiants en science informatique qui venaient tout juste de se marier.

Le professeur de la faculté de science informatique de l'Université de l'Alberta Osmar Zaiane connaissait bien Pouneh Gorji, 25 ans, et Arash Pourzarabi, 26 ans. Leur décès est un choc pour lui comme pour beaucoup de membres de la faculté.

C'est des gens qui étaient aimés, au département, par les enseignants, les étudiants gradués ainsi que les étudiants non gradués. Tout le monde les connaissait parce qu'ils étaient très actifs. C'est vraiment choquant.

Osmar Zaiane, professeur à l'Université de l'Alberta

La jeune femme et le jeune homme étaient connus pour leur joie de vivre et leurs travaux de recherche qui avaient attiré l'attention dans les milieux universitaires et chez des entreprises albertaines.

Notre société, on a besoin de ces gens-là. C'est des gens qui contribuent énormément. Donc, c'est une très grande perte.

Osmar Zaiane, professeur à l'Université de l'Alberta
Photo de mariage d'un couple qui sourit.

Arash Pourzarabi, 26 ans, et Pouneh Gorji, 25, ans se sont mariés en Iran.

Photo : Akhavan Studio

Osmar Zaiane, de son côté, est personnellement touché par cette tragédie.

J'essaie de me mettre à la place de leurs parents. Moi, j'ai des enfants aussi. Leurs parents étaient très contents qu'ils se marient. Ils ont un avenir, ils vont retourner finir leurs études, tout ça. Puis "pouf!", ils sont partis, ils n'existent plus.

Une veillée en leur honneur a été organisée mercredi après-midi et des conseillers étaient sur place pour aider les étudiants et membres du personnel à surmonter cette période difficile.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi