•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de féminicides dans les Prairies qu'ailleurs au pays

La croisée

Avec François Joly

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Plus de féminicides dans les Prairies qu'ailleurs au pays

Rattrapage du vendredi 13 décembre 2019
Un poing serré au premier plan et une femme assise, tête baissée, en arrière plan.

Une femme est tuée tous les deux jours et demi au Canada selon une étude de l'Observatoire canadien sur la justice et la responsabilisation.

Photo : Pixabay / Alexandra Fotos

L'Alberta et le Manitoba sont les provinces où le taux de meurtres de femmes et de filles est le plus élevé au pays, avec respectivement 1,11 % et 1,46 %.

Un rapport de l'Observatoire canadien du fémicide pour la justice et la responsabilisation révèle que 118 femmes et filles avaient été tuées par la violence du 1er janvier au 6 décembre 2019 au Canada, ce qui signifie qu'il y a eu un meurtre de femme à chaque trois jours en moyenne.

Un peu plus d'un accusé sur quatre s'est suicidé après le meurtre. Dans la majorité de ces cas, il s'agissait d'un partenaire intime masculin actuel ou passé.

Geneviève Lessard, directrice du Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes de l'Université Laval, souligne que ces cas de meurtres ne sont que la pointe de l'iceberg du plus vaste problème de la violence domestique.

Elle croit que la violence doit être vue bien au-delà de ces manifestations physiques.

C'est un problème de relation, de rapport de pouvoirs inégalitaires entre les hommes et les femmes dans la société. Plus on va ne pas reconnaître les formes de violence subtiles comme les violences psychologiques, comme le contrôle coercitif qu'un homme peut faire sur sa femme : décider qui elle a le droit de voir, comment elle a le droit de se vêtir, jusqu'à quelle heure elle a le droit de rester au bureau sinon elle va recevoir une série d'appels pour voir ce qu'elle fait.

Geneviève Lessard estime que davantage d'efforts de sensibilisation auprès des jeunes doivent être faits pour promouvoir le respect dans les relations personnelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi