Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

François Joly
La croisée
Audio fil du mercredi 23 octobre 2019

Les journées thématiques, toujours une bonne stratégie médiatique?

Publié le

Logos de Pinterest, Facebook, Twitter, Snapchat, TouTube, Instagram
Les organismes de charité ont de plus en plus recours aux médias sociaux pour rejoindre le public.   Photo : Création de Natanaelginting/Freepik.com

La surabondance de journées thématiques et l'influence des campagnes en ligne sature les citoyens en informations et les rend moins fidèles aux causes, affirme le président de la firme Influence Communications Jean-François Dumas.

Il existe plus de 140 journées thématiques reconnues par l’Organisation des Nations-Unis, en plus d'une panoplie de journées et de semaines thématiques nationales, provinciales, et locales.

Cette usure et cette surabondance d'information font en sorte qu'on finit parfois, je pense, d'un point de vue de communication, par banaliser la chose.

Jean-François Dumas, président de la firme Influence Communications

Il souligne que des événements comme la Grande Guignolée des médias, organisée au Québec pour amasser des denrées alimentaires pour les plus démunis, concentrent l'attention du public durant une très courte période de temps.

L'impact négatif de ça, c'est que 72 % [de la couverture] de la pauvreté dans les médias pendant toute l'année, ça dure une journée [...] Donc, ce qui se passe, c'est que le reste de l'année, on n'en parle à peu près pas, comme si on avait réglé le problème de la pauvreté.

Les campagnes publicitaires sur les médias sociaux gagnent en popularité et permettent aux organisations de rejoindre le public en contournant les médias traditionnels. Cette participation en ligne ne se traduit par contre pas toujours par davantage de revenus pour les organisations, affirme Jean-François Dumas.

Ce qu'on remarque, c'est que beaucoup de gens participent et s'engagent dans ces causes-là, mais oublient de donner.

Jean-François Dumas, président de la firme Influence Communications

Il estime que les citoyens doivent toujours faire des efforts pour s'informer et choisir les causes qu'ils veulent appuyer.

Chargement en cours