Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

François Joly
La croisée
Audio fil du mardi 22 octobre 2019

Élection : garder Trans Mountain, mais accélérer la transition énergétique

Publié le

Le pipeline Trans Mountain.
Des travailleurs sur le chantier du pipeline Trans Mountain que le gouvernement fédéral a racheté de Kinder Morgan.   Photo : Kinder Morgan

Le gouvernement minoritaire libéral va continuer de soutenir la construction du pipeline Trans Mountain, mais va accélérer la transition du pays vers les énergies renouvelables, croit Normand Mousseau, professeur à l'Université de Montréal et directeur académique de l'Institut de l'énergie Trottier.

Il souligne que le deux tiers des Canadiens ont voté pour des partis qui reconnaissent l'importance d'adopter des changements importants pour faire face aux changements climatiques.

Les enjeux climatiques, pour la première fois, se sont vraiment inscrits dans la campagne, en partie à cause du parti conservateur qui a fait campagne contre la taxe sur le carbone.

Normand Mousseau, professeur à l’Université de Montréal et directeur académique de l'Institut de l'énergie Trottier

Le prix sur le carbone va devoir continuer à augmenter, mais ne peut pas être le principal outil de lutte aux changements climatiques en raison de son impact sur les citoyens les moins fortunés, croit Normand Mousseau. De nombreuses autres mesures dans le secteur des transports et de l'habitation en plus de davantage d'investissements dans les secteurs moins polluants seront nécessaires selon lui.

Il estime que les Albertains devraient moins blâmer la situation de l'industrie pétrolière sur l'action ou l'inaction des gouvernements.

« Le pétrole de roche étanche, qui est très exploité aux États-Unis, a déplacé les investissements parce qu'il est moins cher, il est beaucoup plus flexible. D'une certaine façon, le problème en Alberta c'est qu'elle n'a pas fait face à cette réalité-là et préfère se raconter des histoires comme étant soumise à des pressions du fédéral. Or, ce n'est pas le principal problème, aujourd'hui. »

La transformation de l'économie canadienne pour s'adapter aux changements climatiques n'aura pas que des conséquences négatives souligne-t-il, mais devrait créer de nouveaux emplois, notamment dans les Prairies.

Chargement en cours