Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

François Joly
La croisée
Audio fil du jeudi 3 octobre 2019

Le zéro déchet, une nouvelle charge mentale pour les femmes?

Publié le

Des pots d'épices en vrac et des cuillères.
Les femmes sont souvent les premières à adopter le mode de vie zéro déchet.   Photo : Radio-Canada

Les femmes sont souvent plus visibles que les hommes dans les communautés en ligne et dans les boutiques qui font la promotion du mode de vie zéro déchet, selon l'une des pionnières du mouvement, Béa Johnson.

La blogueuse, conférencière et auteure de plusieurs livres sur le zéro déchet a remarqué que les femmes sont plus souvent celles qui s'intéressent à ce style de consommation, parce qu'elles sont traditionnellement responsables de la gestion du foyer.

J'ai remarqué que dans les pays où j'amène le message du zéro déchet pour la première fois, il y a dans mes audiences 90 % de femmes et 10 % d'hommes. Mais dans les pays où le zéro déchet est bien lancé, par exemple dans l'Ouest de l'Europe, c'est 50-50, en fait.

Béa Jonhson, blogueuse, conférencière et auteure de plusieurs livres sur le zéro déchet

Ce sont surtout les jeunes femmes de 25 à 34 ans qui sont attirées par le zéro déchet, souligne-t-elle également, car c'est un moment de leur vie où beaucoup ont des enfants. La maternité pousse plusieurs d'entre elles à rechercher des alternatives plus saines pour leur famille et la planète, croit-elle.

Les premiers changements liés au mode de vie zéro déchet sont donc mis en place à la maison par les femmes, mais ils sont souvent adoptés par les hommes après qu'ils ont constaté les avantages sur la santé, la qualité de vie et les finances familiales, affirme Béa Johnson.

Chargement en cours