Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

François Joly
La croisée
Audio fil du vendredi 19 juillet 2019

50e anniversaire du premier pas sur la lune

Publié le

Buzz Aldrin en combinaison d'astronaute sur la Lune.
L'astronaute Buzz Aldrin sur la Lune lors de la mission Apollo 11.   Photo : Getty Images


« Un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité »

En prononçant ces mots, il y a presque 50 ans, le premier homme qui a marché sur la lune, l'astronaute américain Neil Armstrong, ne se doutait pas de l'effervescence dans les foyers, 300 000 km plus bas.

Agglutiné aux postes de télévision qui diffusaient en direct les images granuleuses en noir et blanc, Richard Marchand, professeur de physique à l'Université de l'Alberta, se souvient de l’ambiance chez lui. Il avait alors 17 ans.

Mes parents étaient très excités, surtout mon père. Il avait plus conscience que moi que c’était un moment important. Moi je vois les images, mais c’est aujourd'hui qu’elles me marquent, car aujourd’hui on connaît les risques d’une telle mission.

Richard Marchand, professeur de physique à l'Université de l'Alberta
Image en noir et blanc provenant de la transmission en direct de la descente de Neil Armstrong sur la Lune.
Il y a 50 ans, Neil Armstrong était le premier humain à fouler le sol lunaire. Photo : NASA

Une mission scientifique sous fond de tension internationale

Les astronomes ne sont pas là juste pour marquer l’histoire de l’Humanité à jamais, ils ont une mission à plusieurs volets : collecter des matériaux lunaires, prendre des photographies et surtout affirmer la domination américaine.

À l’époque, les États-Unis et l’Union soviétique se livraient à une course aux étoiles intense. Le succès d’Apollo11 y mettra fin. L’URSS jette l’éponge et la NASA met fin aux voyages lunaires à cause de leurs coûts faramineux.

La dernière fois qu’un astronaute y a mis les pieds c’était la mission Apollo 17 en 1972.

Un astronaute marche sur la lune lors de la mission Apollo 17
Un astronaute marche sur la lune lors de la mission Apollo 17 Photo : Getty Images/NASA

La conquête de Mars passe par la Lune

Aujourd'hui, la conquête de l’espace cible Mars. S’il n’est pas encore possible d’y envoyer des humains, c’est l'objectif.

Un « autoportrait » du robot Curiosity, de la NASA, en direct de la planète Mars.
Le robot Curiosity prend un « autoportrait » dans le cadre de sa mission d'exploration de la planète Rouge. Mars demeure une candidate pour des traces de vie extraterrestre, voire pour une colonisation humaine. Photo : Reuters/NASA

Comme un voyage vers Mars peut durer de deux à trois ans, il faut le préparer. C’est sur la Lune que la préparation va se faire, affirme Robert Lamontagne, astrophysicien et coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec.

On doit apprendre à vivre dans l’espace et la Lune sera notre camp de base pour le faire.

Robert Lamontagne, astrophysicien et coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec

Le prochain voyage sur la Lune est prévu en 2024.

Chargement en cours