Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

François Joly
La croisée
Audio fil du mercredi 26 juin 2019

Des Inuits disent avoir servi de cobayes pour des expériences

Publié le

Paul Quassa, visage.
Selon Paul Quassa, des chercheurs lui ont pris des morceaux de peau et les ont échangés avec d'autres personnes il y a plusieurs décennies à Igloolik, au Nunavut. Il dit qu'il n'a jamais donné son consentement pour être expérimenté.   Photo : Radio-Canada / Kieran Oudshoorn/CBC

Cinq Inuits, dont l'ancien premier ministre du Nunavut, Paul Quassa, poursuivent le gouvernement fédéral, car ils disent avoir fait l'objet, sans leur consentement, d'expériences scientifiques dans les années 60 et 70. Dans la poursuite, les plaignants affirment s'être fait greffer des morceaux de peau appartenant à d'autres personnes.

Certains d'entre eux affirment avoir été forcés de rester immobiles à l'extérieur pendant que les chercheurs mesuraient l'effet du froid sur leur corps. Ces travaux de recherche avaient été menés par les universités de l'Alberta, du Manitoba ainsi que par l'Université McGill, à Montréal.

Plusieurs documents et rapports de recherche attestent que les expériences ont eu lieu, comme le rapporte Yves Gingras, historien des sciences, à Université du Québec à Montréal. Par contre, l’existence ou non d’un consentement éclairé de la part des sujets est encore à prouver en cour.

Ce qui est en cause selon M. Gingras est plutôt [...] lorsqu’on fait des expériences sur les humains, est-ce qu’on leur a expliqué les conséquences? Est-ce qu’on a eu un consentement averti ?.

Bras de Paul Quassa.
Paul Quassa pointe du doigt une cicatrice laissée par une greffe de peau. Photo : Radio-Canada/Kieran Oudshoorn/CBC

En effet, l’historien explique que les principes d’éthique présents aujourd’hui dans l’élaboration de recherche n’étaient pas développés et formalisés de la même façon à l’époque. Par contre, les années 60 et 70 voyaient l’émergence de ce genre de débat, mais celui-ci n’incluait pas les peuples autochtones.

En 1968, on considérait les gens qui vivaient dans des conditions différentes du Nord-américain typique comme étant le fruit de l’évolution appelée à disparaître. Donc, comme étant des sociétés primitives. C’est sûr qu’on les traitait de façon différente [...], c’est évident à la lecture des documents.

Yves Gingras, historien des sciences à l'UQAM

Chargement en cours