Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sandra Gagnon
Audio fil du jeudi 9 mai 2019

La bière fermière, la boisson ultra locale

Publié le

Des verres remplis de bière.
Martin Thibault ajoute que brasser sa propre bière fermière est à la portée de tous, mais que cela nécessite de suivre la bonne technique et d’employer le bon équipement.   Photo : CBC

Dans de nombreux pays, la bière fermière est une tradition millénaire. Ce breuvage, fait d'ingrédients cultivés localement, fait cependant un retour en Occident où il a été oublié avec l'avènement de la production industrielle.

Véritable globe-trotteur brassicole, Martin Thibault s’est rendu aux quatre coins du monde pour découvrir de nouvelles saveurs et des techniques de brassage ancestrales. Il précise que bière fermière et bière de microbrasserie sont deux produits biens différents.

C’est une bière qui est produite à 100 % d’ingrédients locaux. On a tous des fermes en bordure de villes ou de villages qui cultivent des céréales, des aromates comme du houblon ou des fruits.

Martin Thibault, auteur du livre Le goût de la bière fermière

Il décrit ces bières comme des boissons ultra-locales. Il ajoute qu'elles sont souvent produites pendant une période limitée.

Dans son nouveau livre intitulé Le goût de la bière fermière et publié aux éditions Druide, Martin Thibault présente de nombreux exemples de bières fermières dont le brassage et la consommation sont intimement liés à des événements de la vie comme des naissances et des mariages.

« Au Bhoutan, une femme enceinte se fait offrir une bière fermière, évidemment très faible en alcool, avec des oeufs et des céréales, donc c’est très protéiné. Sur les îles de l’ouest de l’Estonie la bière fermière est offerte aux mariages et le mariage se termine quand il n'y a plus de bière”, cite-t-il en exemple. »

Martin Thibault ajoute que brasser sa propre bière fermière est à la portée de tous, mais que cela nécessite de suivre la bonne technique et d’employer le bon équipement.

Chargement en cours