Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sandra Gagnon
Audio fil du mercredi 24 avril 2019

La vague bleue

Publié le

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, et le chef du Parti conservateur uni de l'Alberta, Jason Kenney (à gauche) se félicitent autour de deux drapeaux lors d'un rassemblement contre la taxe carbone à Calgary.
Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, et le chef du Parti conservateur uni de l'Alberta, Jason Kenney (à gauche) lors d'un rassemblement contre la taxe carbone à Calgary.   Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Après l'Ontario, le Nouveau-Brunswick et l'Alberta, c'est au tour de l'Île-du-Prince-Édouard d'élire un gouvernement conservateur. Même s'il est minoritaire, le parti de Dennis King a remporté 12 sièges contre 8 pour le Parti vert et 6 seulement pour les libéraux.

Beaucoup parlent de vague bleue qui s'abat sur le Canada. Daniel Béland, directeur de l'Institut d'étude canadienne de l'Université McGill, explique qu’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives.

Oui, la carte électorale change, plus de bleu moins de rouge ou d’orange, mais c’est lié à des facteurs internes à chaque province.

Daniel Béland

Il ajoute que si cette situation représente un avantage pour Andrew Scheer, le duo Ford-Kenney peut toutefois devenir un cocktail explosif.

Jason Kenney est populaire en Alberta, mais il n’est pas populaire à l’extérieur de la province.

Daniel Béland

Les prochaines élections fédérales auront lieu cet automne.

Chargement en cours